Programme JE Classes populaires et organisations militantes (2015)

Session 1 Travail politique, travail de socialisation politique
Discussion : Camille Hamidi (Triangle/Lyon 2) et Mathilde Pette (CLERSE/CERAPS)

Julien Talpin (CERAPS/Université Lille 2), Mobiliser les classes populaires. Travail politique et socialisation au sein de deux organisations communautaires américaines.
Étienne Pingaud (ISP/Université de Nanterre), Le travail politique des militants associatifs de terrain. Encadrement des quartiers et socialisation à la politique.
Yoletty Bracho (Centre Michel de l’Hôpital/Université d’Auvergne), « Habiter l’État » depuis le militantisme : travail militant et politisation des classes populaires à La Vega (Caracas).
Benjamin Moallic (EHESS/CESPRA), “L’ongéisation des mouvements sociaux” ou la reconversion des rapports entre militants révolutionnaires et bases populaires en Amérique centrale.

 

Session 2 Usages populaires et rapport aux institutions politiques
Discussion : Tania Navarro (CURAPP-ESS)

Marion Carrel (CeRIES/Université Lille 3) et Jérémy Louis (LAVUE/Université Paris Ouest Nanterre), La coordination “Pas Sans Nous”. Une nouvelle forme de lobbying politique des quartiers populaires ?
Vianney Schlegel (CLERSE/ Université Lille 1), L’engagement militant d’un collectif de sans-abris lillois : la maitrise du droit comme moyen d’action.
Cyrille Rougier (GRESCO/Université de Limoges), Défiance et conformisme. La mise à distance du politique dans une association de loisirs en milieu populaire.

 

Table-ronde : Le politique, le populaire et l’associatif : enjeux méthodologiques
Animation : Arnaud Trenta (Lise)

Interventions de Christelle Avril (IRIS/Université Paris 13), Nicolas Duvoux (CERLIS/Université Paris Descartes) et Estelle d’Halluin-Mabillot (CENS/Université de Nantes)

 

Session 3 Rapports culturels, rapports de classe
Discussion : Nathalie Ethuin (CERAPS/ Université Lille 2) et Maricel Rodríguez Blanco (CESPRA/ EHESS-CNRS)

Sophie Béroud (Triangle/Lyon 2), Les usages des activités sociales et culturelles par les élus syndicaux au sein des Comités d’entreprise : une relation aux classes populaires entre solidarité financière et promotion d’activités autonomes.
Francesca Quercia (Centre Max Weber/Lyon 2), Les relations de classe dans les projets d’action culturelle mis en place dans les quartiers populaires. Une comparaison franco-italienne.
Élie Guéraut (CERLIS/Paris Descartes, CESAER/INRA), S’engager à l’Association Jeunesse Entreprenante. Une tentative de sortie des classes populaires.
Lionel Arnaud (SOI/PRISSMH/ Université Toulouse 3), Une politisation “pratique”. Les mobilisations culturelles des habitants d’un quartier populaire de Fort-de-France.

 

Session 4 Injonction à la participation et normativité
Discussion : Sylvain Bordiec (LACES)

Catherine Neveu (IIAC – TRAM/EHESS), Politiser en contexte “peu politisé” ? Quelques paradoxes de la mise en oeuvre du développement du pouvoir d’agir dans des centres sociaux.
Thomas Chevallier (CERAPS/ Université Lille 2), Conséquences ou effets de la participation associative à la politique de la ville sur les classes populaires. Ethnographie d’un groupe associatif populaire du quartier de Lille-Moulins.
Samir Hadj Belgacem (CMH/ENS/ EHESS), Des rencontres malheureuses. Les militants communistes et l’échec de la politisation de la jeunesse des quartiers populaires.

 

Table-ronde : Classes populaires et organisations  militantes : conclusion
Animation : Ana Perrin-Heredia (CURAPP-ESS)
Interventions de Olivier Schwartz  (CERLIS/Université Paris Descartes), Julian Mischi (CESAER/INRA) et Michel Kokoreff

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.