AAC JE Jeunesse(s), Engagement(s), Association(s) et Participation(s) (2015)

Engagement et participation des jeunes font de manière récurrente partie des préoccupations politiques, tant au niveau européen (ex. la ‘Youth strategy’ de la Commission Européenne, qui veut les encourager à être des citoyens actifs et à participer dans la société) que dans les politiques nationales (ex. Livre vert en 2009, Plan Priorité Jeunesse en 2013). La déclaration de l’engagement comme Grande Cause Nationale de l’année 2014, a permis au monde associatif la mise en place de campagnes de communication de grande envergure visant à promo uvoir l’engagement associatif en tant que mode de participation citoyenne.

Dans ces textes de cadrage des politiques de jeunesse, participation et ‘ volunteering’ (incluant en France le bénévolat comme le volontariat) sont souvent associés. Les associations, et parmi elles celles qui se réclament de l’éducation populaire, sont effectivement largement impliquées dans la prise en charge de toutes les problématiques associées à la jeunesse, que celle-ci soit considérée comme menaçante et à encadrer, comme fragile et à protége r, ou comme source de vitalité et à mobiliser. Le secteur associatif a d’ailleurs un rôle croissant d ans la société, attesté par bien des indicateurs comme par exemple son poids dans le PIB, ou le nombre de ses bénévoles en croissance constante. Sa contribution à l’emploi salarié, surtout féminin, est désormais considérable [2], notamment pour les jeunes, très attiré(e)s [3] vers un secteur pourtan marqué par une relative précarité [4].

Si pour la plupart, les associations déclarent avoir les bras grands ouverts pour recevoir en leur sein de jeunes bénévoles, beaucoup peinent dans les faits àles accueillir, à leur céder des responsabilités,et par conséquent à assurer le renouvellement et le rajeunissement des personnes qui s’impliquent. Pourtant, l’association, en tant que cadre traditionnel de l’engagement, reste l’une des rares institu tions qui inspire encore confiance aux jeunes alors qu’ils s’écartent fortement des partis politiques et des syndicats. En 2010, 64% des 16-30 ans déclaraient avoir confiance dans les associations contre 34% dans les syndicats et 10% dans les partis politiques [5]. Néanmoins, elles ne correspondraient pas toujours à leurs aspirations. Pour une partie des j eunes, leur fonctionnement semble trop formel, hiérarchisé, encadré et inscrit dans une temporalité longue [6]. En outre, ce fonctionnement n’est pas toujours marqué par des pratiques tout à fait démocratiques [7] alors même que la démocratie reste une valeur partagée au sein de la jeunesse [8]. Le monde associatif soumet-il les jeunes à la même « double peine » que les institutions [9], les obligeant à a ffronter l’incompréhension vis-à-vis des pratiques qu’ils souhaitent mettre en place, ou les confrontant à des exigences de « conformité sociale » et de « compétences » toujours plus importantes ?

Au-delà de l’implication bénévole dans les associations, nombreux sont les discours des pouvoirs publics qui pointent la nécessité pour les jeunes ed s’engager, de participer à la vie publique, de manifester leur aptitude à la citoyenneté [10, 11]. Des mesures diverses, relevant tant de la puissance publique que de l’initiative de mouvements d’éducation populaire, ont vu le jour pour faciliter cet engagement de la jeunesse. Parmi celles-ci, les statuts de volontaires (notamment de Service Civique, largement plébiscité par le monde associatif [12, 3,1 14] occupent une place importante aux côtés des systèmes de valorisation du bénévolat, mais aussi esd associations de jeunes (Junior Associations, Association Temporaire d’Enfants Citoyens) ou encore des conseils de jeunes [15]. Les quelques travaux qui portent sur ces dispositifs amènent à se demander si, à l’instar de l’Initiative Jeunesse [16], ces mesures finalement relativement dépolitisées, lutôtp que de créer des conditions favorables à l’engagement spontané, n’amèneraient pas en fait à une démarche de mise en conformité à des attentes préalables, favorisant ainsi l’homogénéité sociocturelle des engagés [17].

Pourtant, l’engagement de la jeunesse peut aussi se faire de manière spontanée, et les mouvements protestataires (mouvement des indignés, mouvement altermondialiste [18], collectifs Jeudi noir ou Génération précaire), les collectifs de jeunes nondéclarés [19], voire le bénévolat « direct » (ou informel) [20] manifestent cette capacité de mobilisation dans des cadres d’action collective. Ces éléments d’actualité invitent à questionner les formes de mobilisation de la jeunesse, en dépit des idées reçues sur son désengagement ou son repli individualiste. Les récents travaux sur l’engagement des jeunes convergent pour dire que cet engagement se transforme dans ses modalités, dans ses formes d’expression, dans ses cadres et modèles de référence. Les travaux de Jacques Ion [21, 22] entre autres montrent bien que les jeunes ne sont pas « moins engagés » qu’avant, mais engagés autrement [23]. Leurs interventions sont plus personnelles, plus ponctuelles et les individus sont en attente de résultats plus concrets. Dans un militantisme désormais plus distancié (cf. Nicourt [24] pour une critique), l’idéalisme pragmatique place l’individu dans une constante nécessité d’articuler l’idéal et le pragmatique, les fins et les moyens, les valeurs et les méthodes de réalisation concrète des objectifs. Les engagements sont de courte durée et peu repérables (par les institutions) car peu institués. Ils se veulent néanmoins visibles et reconnus (par la population) et doivent être utiles socialement [25] comme en témoignent par exemple certains argumentaires d’associations (site Internet, campagnes de sensibilisation et de recrutement) proposant aux futurs bénévoles « d’être utiles à la société ». Si certaines mesures visant à favoriser les diverses f ormes de participation sont en adéquation avec cette nouvelle donne, d’autres posent sans doute plus de problèmes. Si une part de la jeunesse peut trouver sa place dans ce paysage, quel(le)s sont alors les jeunes qui en sont exclu(e)s ?

Ce colloque se fixe ainsi comme objectif d’interroger les pratiques de participation et d’engagement des jeunes, leur rapport au fait associatif [26] (formalisé légalement ou non) et la place qui leur est laissée et/ou qu’ils prennent dans la Cité [27].

Comment les associations de jeunes ou les mouvements de jeunesse agissent-ils ? Les évolutions de la société sont-elles favorables à l’engagement des jeunes ? Comment les politiques agissent-elles dans ce sens ? Comment les jeunes s’approprient-ils les espaces publics en utilisant ou non le monde associatif ? Pourquoi la question de l’engagement des jeunes est-elle considérée par tous (sauf eux-mêmes ?) comme tellement cruciale/importante ?

Bien que le texte de présentation de ce colloque mette l’accent sur la situation en France, les communications présentant d’autres contextes nationaux, ou procurant des comparaisons transnationales ou des éclairages internationaux, seront les bienvenues. Elles pourront explorer l’influence des institutions sur les modalités d’engagement, l’influence du droit sur l’engagement des mineurs, la dépendance des carrières d’engagement aux contextes historiques des pays et/ou à leur contexte socio-économique ou politique (liberté d’expression)…

Les communications pourront s’inscrire dans les trois axes de réflexion suivants :
– L’intégration des jeunes dans les associations
– La (les) « culture(s) » des pratiques collectives et de l’engagement chez les jeunes
– La participation et la place des jeunes dans la Cité

 

Dans l’axe 1, « l’intégration des jeunes dans les associations » c’est plus spécifiquement la place des jeunes dans les associations et leur intégration qui seront questionnées.

Comment les associations perçoivent-elles les jeune s ? Quels enjeux voient-elles à l’intégration de jeunes ? Quelle place les associations laissent-elles (donnent-elles) aux jeunes ? Quels dispositifs de captation sont mis en place par les associations envers les jeunes ? Réciproquement, comment les jeunes perçoivent-ils/elles les associations ? Quel le place y prennent-ils/elles, et quelles sont les stratégies employées ? Qu’attendent-ils/elles de leur engagement associatif ou collectif ? Comment s’articulent ces processus d’affiliation, de désaffiliation, de réaffiliation des jeunes aux associations ? Quelles sont les modalités d’intégration des jeunespar les associations ? L’implication des jeunes dans le monde associatif, les mesures en sa faveur par le biais de la valorisation du bénévolat ou du service civique, modifient-elles les  structures  et  le fonctionnement  des  associations  traditionnelles, ou la nature de leurs actions ? Comment la force de travail des jeunes que procurent ces différentes mesures de soutien – à l’insertion des jeunes par l’emploi (Emplois-jeunes et ses différents successeurs, jusqu’aux actuels Emplois d’Avenir) à l’engagement (à travers le Service Civique) – modifie-t-elle l’emploi associatif ?

 

L’axe 2 questionnera l’existence de « cultures » de s pratiques collectives et d’engagement chez les jeunes. Quelles sont les formes d’engagement des jeunes (objets, temporalité, innovations) ? Où les jeunes s’engagent-ils de manière collective ? Existe-t-il une spécificité réelle des pratiques collectives et d’engagement des jeunes ? Existe-t-il des cultures différentes liées par exemple à des origines sociales ? Comment les jeunes construisent-ils ensemble des projets (y compris en dehors de la forme associative) ? Quelles sont leurs pratiques associatives (activités de loisir, militantisme…) ? Quel rapport entretiennent-ils avec les perspectives d’emploi et de professionnalisation dans le secteur associatif ? Le fonctionnement des associations de jeunes est-il le même que celui des autres associations ? Le cycle de vie des projets associatifs de jeunes est-il différent ? Que font les jeunes dans les associations ?

Comment se construirait une telle culture ? Sous quelles influences médiatiques et technologiques se construirait-elle de manière différente dans les générations actuelles ? Quels sont les profils des jeunes engagés dans des actions collectives, dans des associations ? Quels sont les parcours juvéniles qui mènent à l’engagement, à la participation dans des associations ? Observe-t-on une sélectivité sociale des associations et de l’action collective ? Comment les pratiques collectives peuvent-elles servir d’expériences pré-politiques ou proto-politiques (pour des jeunes en difficulté, pour les jeunes désengagé.e.s, pour les publics non captifs) ? Comment les jeunes se servent-ils/elles (ou pas) des dispositifs de mobilité à l’étranger ?

 

L’axe 3 interrogera la participation et la place des jeunes dans la Cité. Que se passe-t-il vraiment dans les dispositifs de participation ? Comment les jeunes perçoivent-ils/elles les différentes formes de sollicitation civique ? Quelles sont les conditions qui font qu’ils/elles peuvent s’emparer de ces out ils ? Quelles sont les pratiques courantes pour leur animation ? Comment s’articulent le contrôle et l’encadrement de cette participation avec le droit de cité des jeunes ? Quelles sont les contributionsà la décision politique des mouvements de jeunes (syndicaux, politiques, associatifs) ? Quelle(s) place(s) aux mouvements de jeunesses historiques (MRJC, scoutisme…) et aux associations et réseaux plus récents (AFEV, Animafac) ? Comment la territorialisation des politiques publiques influence-t-elle la place de la jeunesse dans la décision aux différents échelons territoriaux ? Quels sont les effets des dispositifs (et des discours) sur les pratiques des jeunes en terme de participation ? La participation à la décision retentit-elle sur d’autres formes d’engagement ? Quels sont les effets des dispositifs sur la reconnaissance et la visibilité des jeunes par et dans l’espace public ?

Hors et dans ces dispositifs de participation, les institutions apprennent-elles des jeunes, et comment ? Leur expérience d’usagers des territoires est-elle intégrée dans la réflexion sur la socialisation et l’expérience, en milieu urbain ou rural ? La considération des jeunesses est-t-elle influencée par la nature (rurale ou urbaine) des territoires ? Comment les contextes globaux – crise économique, permanence de la question sécuritaire – influencent-ils cette prise en compte de la jeunesse ? Dans quelles conditions parvien(drai)t-on à passer de la stigmatisation de certaines pratiques (revendication d’espace, choix de certaines formes d’esthétiques, ou simple retrait) à leur reconnaissance politique ? Quelle(s) place(s) pour les professionnels de la jeunesse dans ce processus d’apprentissage des territoires et des institutions quant aux réalités de la jeunesse ?

 

Bibliographie

  • Viviane Tchernonog, éd., Le paysage associatif français mesures et évolutions (Paris; Lyon: Dalloz ; Juris éditions, 2013).
  • Cécile Vachée et al.Vers, des pratiques inclusives dans la gouvernance des assocations, Rapport de recherche de la phase 2 du Projet GARP, Projet Gouvernance des Associations et Rapports de Pouvoir (Figeac: LRPMip, IUT de Figeac / UMR EFTS, septembre 2014).
  • Matthieu Hély,Les métamorphoses du monde associatif(Paris: Presses universitaires de France, 2009).
  • Bernard Roudet, « Des jeunes davantage impliqués et plus protestataires », Jeunesse, études et synthèses, INJEP, no 2 (2010)
  • Christophe Dansac et al., Renouvellement et Rajeunissement des Instances Bénévoles Dirigeantes, Rapport de recherche du Projet REBDA Renouvellement et Engagement des Bénévoles Dirigeants d’Association, Projet Gouvernance des Associations et Rapports de Pouvoir (Figeac: LRPMip, IUT de Figeac / UMR EFTs, juin 2013).
  • Camille Hamidi, La société civile dans les cités(Paris: Économica, 2010).
  • Bernard Roudet, « La démocratie est-elle un idéalcommun aux jeunes Européens ? », Agora débats/jeunesses 67, no 2 (2014): 79, doi:10.3917/agora.067.0079.
  • Alain Vulbeau, Introduction au rapport « Participer, disent-ils! » coordonné par Bernard Bier (Paris: DJEPVA, 1998).
  • Valérie Becquet, « Les « jeunes vulnérables » : essai de définition », Agora débats/jeunesses62, no 3 (2012): 51, doi:10.3917/agora.062.0051.
  • Valérie Becquet, Patricia Loncle, et Cécile Van deVelde, Politiques de jeunesse le grand malentendu (Nîmes: Champ social éd., 2012).
  • Maud Simonet, Le travail bénévole : engagement citoyen ou travail gratuit? (Paris: La Dispute, 2010).
  • Francis Lebon et Maud Simonet, « Le travail en “co los” – Le salariat en vacance ? », Les notes de l’IES , no 26 (avril 2012).
  • Magalie Bacou et al., « Le volontariat dans l’animation : vers une déprofessionnalisation du secteur au nomde l’engagement », Agora Débats/Jeunesses67, no 2 (2014)
  • Pierre-Yves Chiron, « Les objectifs annoncés des conseils d’enfants et de jeunes à l’épreuve des faits », in Jeunesses engagées, éd. par Valérie Becquet (Paris: Syllepse, 2014).
  • Olivier Gratacap, « De la prise d’initiative à l’i nstitutionnalisation de l’initiative jeunesse », in Jeunesses engagées, éd. par Valérie Becquet (Paris: Syllepse, 2014).
  • Sandrine Nicourd, « Les engagements ont-ils vraiment changé ? », Sociologies pratiques 15, no 2 (2007): 1, doi:10.3917/sopr.015.0001.
  • Geoffrey Pleyers, « Jeunes alter-activistes : altermondialisme, indignés et transition écologique », in Jeunesses engagées, éd. par Valérie Becquet (Paris: Syllepse, 2014).
  • Karinne Guilloux et Patricia Loncle, « Engagement des jeunes dans les territoires : quels sens ? Quels soutiens professionnels ? », Revue (La) FOEVEN, no 167 (juin 2014)
  • France Bénévolat, Recherches et solidarités, et IFOP, « La situation du bénévolat en France en 2013 ,»2013.
  • Jacques Ion, Militer aujourd’hui , Collection CEVIPOF/Autrement (Paris: Autrement, 2005).
  • Jacques Ion, S’engager dans une société d’individus(Paris: Armand Colin, 2012).
  • Valérie Becquet, éd.Jeunesses, engagées(Paris: Syllepse, 2014).
  • Sandrine Nicourd, éd.,Le travail militant (Rennes: Presses universitaires de Rennes, 2009).
  • Maud Simonet, « « Give back to the community » : le monde du bénévolat américain et l’éthique dea l responsabilité communautaire »,Revue Française des Affaires sociales 4, no 4 (2002)
  • Roger Sue, Renouer le lien social: liberté, égalité, association (Paris: Odile Jacob, 2001).
  • Véronique Bordes,Prendre place dans la cité : jeunes et politiques municipales (Paris: L’Harmattan, 2008).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.