Francesca Quercia – Les mondes de l’action théâtrale.

Ce travail issu de la thèse de F. Quercia a été publié en 2020, sous le titre “Les mondes de l’action théâtrale dans les quartiers populaires en France et en Italie“, aux éditions Dalloz (coll. Nouvelle bibliothèque de thèses).

Doctorat en Science Politique, Université Lumière Lyon 2.

Titre de la thèse : « Les mondes de l’action théâtrale. Une comparaison dans les quartiers populaires en France et en Italie » sous la direction Lilian Mathieu et de Camille Hamidi

Membres du jury : Marie-Hélène Bacqué, Jean-Louis Briquet, Vincent Dubois, Camille Hamidi, Matthieu Hély, Lilian Mathieu.

Date de soutenance : 7 décembre 2018.

 

  • Quels sont les questionnements à l’origine de cette recherche ?

Depuis une trentaine d’années, dans un contexte d’imbrication croissante entre politiques culturelles et urbaines, les associations artistiques se voient de plus en plus assigner des missions sociales : renforcer le lien social, contribuer au décloisonnement des quartiers et à l’intégration sociale des populations immigrées. Dans ce contexte, de nombreuses associations de théâtre ont investi les quartiers populaires, en proposant des projets impliquant la « participation » des « habitants ». Des nouveaux mondes sociaux semblent ainsi se dessiner dans ces territoires, se situant au croisement de différents univers : le champ du théâtre professionnel, le champ politique, l’espace des mouvements sociaux et celui de l’animation socio-culturelle.

Basée sur la comparaison entre deux quartiers situés dans les banlieues de Lyon et Turin, cette thèse analyse l’émergence et les évolutions de ces nouveaux univers, que j’ai désignés sous le terme de « mondes de l’action théâtrale ». D’une part, dans une perspective socio-historique, elle s’intéresse à l’élaboration des politiques de soutien à l’action théâtrale et au rôle social qui est assigné aux intervenants artistiques dans ces territoires. D’autre part, elle analyse les effets de ces politiques sur les associations de théâtre, acteurs intermédiaires entre les pouvoirs publics et les « habitants ». Elle s’intéresse donc à la façon dont les travailleurs associatifs endossent leur rôle d’intervenants dans les quartiers, en l’ajustant à un ensemble d’aspirations et dispositions dont ils sont porteurs.

  • Quelles sont les méthodes utilisées et les terrains enquêtés ?

Cette thèse se base sur une enquête ethnographique comparée entre six associations qui proposent des projets de théâtre à Vaulx-en-Velin et Barriera di Milano (quartier populaire de Turin). Elle s’appuie sur 89 entretiens (réalisés avec les représentants des pouvoirs publics, les responsables associatifs et les participants aux projets), des matériaux tirés de l’observation participante, ainsi que sur l’analyse d’archives municipales et associatives.

  • Quels sont les principaux résultats de cette recherche ?

Cette thèse a mis en évidence l’émergence et le développement de nouveaux univers sociaux au niveau local, que j’ai appelés les « mondes de l’action théâtrale ». En France comme en Italie, ceux-ci sont fondamentalement interstitiels et se situent au croisement de différents espaces sociaux. Les projets de théâtre dans les quartiers populaires étant largement financés par les pouvoirs publics locaux, ces univers sont notamment hétéronomes vis-à-vis des champs politiques locaux.

Dans le cas français, la continuité des politiques de soutien à l’action théâtrale et la relative autonomie de ce secteur contribuent à façonner un monde de l’action théâtrale caractérisé par des principes de structuration et de règles de classement bien définis. Ces règles sont notamment importées du champ du théâtre professionnel, la reconnaissance artistique étant centrale dans l’accès aux positions les mieux établies. Cet univers est investi à la fois par des metteurs en scène professionnels et par des militants associatifs exclus du champ du théâtre professionnel, mais l’action de ces derniers demeure largement dévalorisée. Enfin, ce monde de l’action théâtrale est largement superposé au champ du théâtre professionnel et il n’y a pas de volonté de la part des professionnels les mieux intégrés de l’autonomiser.

Dans le cas italien, au contraire, les politiques culturelles et de la ville sont particulièrement instables et on observe la quasi-absence de dispositifs spécifiques de soutien à l’action théâtrale. Cette pratique est considérée plus généralement comme une forme d’action socioculturelle. Le monde de l’action théâtrale est donc dépourvu de règles de classement claires et stables au cours du temps. Il est largement superposé à l’espace de l’animation socioculturelle local et est principalement investi par des militants associatifs exclus du champ du théâtre professionnel.

Pour comprendre ces différences, il faut avant tout les mettre en relation avec les politiques de soutien à l’action théâtrale mises à place dans ces deux territoires ainsi qu’avec les représentations de l’action culturelle qu’elles véhiculent. Par la mise en place de dispositifs d’allocation de financements, les pouvoirs publics assignent un « rôle social » (Lagroye, 2011) spécifique au théâtre dans les quartiers populaires. La construction de ce rôle passe notamment par de nombreuses interactions, parfois conflictuelles, entre une pluralité d’agents institutionnels et politiques locaux (fonctionnaires et élus de différents secteurs). Ces derniers finissent par coproduire un « espace d’action publique » (Hassenteufel, 2011) interstitiel et engendrent ainsi un processus d’institutionnalisation et de professionnalisation du rôle de l’intervenant de théâtre dans les quartiers populaires.

L’implication d’agents appartenant à différents secteurs de l’action publique permet d’expliquer un certain nombre de différences entre les deux terrains.

Une première distinction concerne le rôle dévolu à l’action théâtrale par les pouvoirs publics. À Vaulx-en-Velin, le secteur culturel garde aujourd’hui un certain contrôle sur le dispositif des résidences artistiques, ce qui contribue à assigner aux associations de théâtre moins un rôle d’action sociale que de création artistique. À Barriera di Milano, au contraire, le secteur culturel s’est aujourd’hui complètement désengagé, ce qui contribue à assigner aux associations uniquement des objectifs sociaux.

Le caractère interstitiel des politiques de soutien à l’action théâtrale, et des instruments d’action publique qu’elles prévoient, a aussi une autre conséquence importante : il contribue à multiplier les financeurs et les attentes qu’ils expriment vis-à-vis des associations de théâtre. Si dans chaque configuration d’agents des rapports de force se mettent en place, ce qui contribue à hiérarchiser les attentes institutionnelles auxquelles les différentes associations doivent répondre, cela n’épargne pas aux responsables associatifs un travail perpétuel d’adaptation aux différents interlocuteurs.

Face à cette complexification des procédures d’allocation des subventions, les associations se voient désormais obligées de disposer d’une multiplicité de compétences, non seulement artistiques, mais aussi extra-artistiques (Bureau, Perrenoud, Shapiro (dir.), 2009). Parmi ces dernières, un ensemble de compétences que j’ai qualifiées de « politiques » semblent assumer un rôle central. Ces dernières renvoient avant tout à la capacité à entrer en lien avec de multiples financeurs, notamment publics, et à la capacité à adapter son discours aux attentes de ces derniers. Cela implique la nécessité d’une division du travail accrue au sein des associations, afin d’assurer une certaine polyvalence des équipes artistiques.

Ma thèse interroge ensuite les effets des dispositifs de financement publics sur la façon dont les metteurs en scène endossent leur rôle d’intervenants artistiques dans les quartiers populaires. Je me suis notamment penchée sur le travail qu’ils mènent en direction des classes populaires et sur les liens qu’ils nouent avec les participants aux ateliers. De ce point de vue, le recours à la notion de « style de groupe » (Eliasoph, Lichterman, 2003) permet de mettre en lumière un lien entre leur positionnement vis-à-vis des pouvoirs publics et le « style interactionnel » qui se crée à l’intérieur de ce collectif entre intervenants et participants. D’une part, lorsqu’elles sont financées par les pouvoirs publics, les associations doivent constamment répondre à une série d’attentes institutionnelles, ce qui influe sur la façon dont les metteurs en scène mènent les ateliers et interagissent avec les participants, ainsi que sur les publics-cibles de leurs projets. D’autre part, même lorsqu’elles ne sont pas financées, la plupart des associations essaient d’anticiper les attentes institutionnelles, afin d’améliorer leur position au sein du monde de l’action théâtrale local. Elles ont donc tendance à conformer non seulement leurs discours mais aussi leurs pratiques aux orientations des institutions locales en matière culturelle et sociale. Parfois, des formes d’aménagement sont observables, consistant essentiellement en une conformité en apparence aux orientations proposées par la logique de la subvention (Nicourd, 2009). Ces pratiques demeurent toutefois marginales et l’on observe globalement une tendance à la conformation des metteurs en scène aux attentes institutionnelles.

 

  • Avec quelles autres recherches passées et/ou présentes avez-vous dialogué le plus étroitement ?

Cette thèse se veut une contribution à un ensemble de réflexions récemment menées sur les évolutions actuelles du monde associatif (Hély, 2009). Elle met en lumière un processus de complexification des dispositifs de financement de ce secteur et son impact sur le travail associatif (Hély et Simonet, 2013 ; Gallibour et Raibaud (dir.), 2010) et sur les relations que les associations entretiennent avec les pouvoirs publics (Nicourd, 2009). L’étude des mondes de l’action théâtrale dans les quartiers populaires est ainsi révélatrice d’un ensemble de tensions qui traverse aujourd’hui non seulement les associations artistiques (Le Coq, 2010 ; Langeard, 2010) mais, plus globalement, les projets affichant des objectifs de cohésion sociale (Lichterman, 2005) et d’empowerment des classes populaires (Eliasoph, 2011). D’une part, la polyvalence accrue dont les associations nécessitent se traduit par des formes de travail bénévole (Simonet, 2010) et atypique (stages, travail au noir), ce qui crée souvent des tensions entre des travailleurs associatifs ayant des statuts différents. D’autre part, les intervenants artistiques sont sans cesse tiraillés entre la volonté de poursuivre des objectifs militants et un ensemble de contraintes lié aux dispositifs de financement public. Alors qu’ils sont désireux de contribuer à l’émancipation des participants par l’action théâtrale, ils finissent par véhiculer, à l’inverse, des représentations misérabilistes des classes populaires. Afin de justifier le financement de leurs projets, ils tendent à catégoriser les participants comme des populations à problème, ce qui constitue un obstacle à la poursuite d’objectifs d’empowerment et de politisation des participants (Eliasoph, 2010 ; Hamidi, 2010). 

  

Bibliographie

Eliasoph Nina, L’évitement du politique : comment les Américains produisent l’apathie dans la vie quotidienne, Camille Hamidi (trad.), Paris, Économica, 2010.

Eliasoph Nina, Making Volunteers: Civic Life after Welfare’s End, Princeton University Press, 2011.

Eliasoph Nina et Lichterman Paul, « Culture in Interaction », American Journal of Sociology, 2003, vol. 108, no 4.

Gallibour Eric et Raibaud Yves (dir.), Transitions professionnelles dans le monde associatif et de l’animation, Paris, L’Harmattan, 2010.

Hamidi Camille, La société civile dans les cités, Paris, Économica, 2010.

Hély Matthieu, Les métamorphoses du monde associatif, Paris, Presses universitaires de France, 2009.

Hély Matthieu et Simonet Maud, Le travail associatif, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2013.

Langeard Chloé, « Les dilemmes de l’engagement au travail et du travail bénévole dans les entreprises associatives du secteur culturel. Le cas des salariés intermittents du spectacle », in Eric Gallibour et Yves Raibaud (dir.), Transitions professionnelles dans le monde associatif et de l’animation, Paris, L’Harmattan, 2010.

Le Coq Sophie, « Les associations artistiques : entre dérégulation sociale et espace de professionnalisation », in Transitions professionnelles dans le monde associatif et l’animation, Paris, L’Harmattan, 2010.

Lichterman Paul, Elusive togetherness: church groups trying to bridge America’s divisions, Princeton (N.J.), Princeton University press, 2005.

Nicourd Sandrine, « Education populaire : organisation du travail associatif et action publique », Entreprises et histoire, 2009, vol. 3, no 56.

Simonet Maud, Le travail bénévole : engagement citoyen ou travail gratuit ? Paris, France, la Dispute, Travail et salariat, ISSN 2105-9616, 2010.

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search