JE “Bénévoles exilé·es : la mise au travail des migrant·es dans et par le champ associatif et humanitaire” – 2019

Compte-rendu rédigé par Simone Di Cecco (URMIS), Leila Drif (IRIS) et Agnès Aubry (CRAPUL).

Le 26 septembre 2019 s’est tenue à l’Université Paris Diderot la journée d’étude “Bénévoles exilé·es : la mise au travail des migrant·es dans et par le champ associatif et humanitaire”. Organisée par Agnès Aubry (CRAPUL-IEP de Lausanne), Simone Di Cecco (URMIS-Université de Paris) et Leila Drif (IRIS-EHESS), cette rencontre a bénéficié des soutiens financiers de l’Institut d’Études Politiques de l’Université de Lausanne et de l’Institut Convergences-Migrations.

Cette journée d’étude est née de la rencontre de nos terrains respectifs autour du phénomène du “bénévolat migrant” : le travail bénévole de migrant·es dans des organisations socio-caritatives en Suisse ; les programmes de bénévolat réservés aux personnes demandeuses d’asile en Italie ; et le volontariat rémunéré des réfugié·es (syrien·nes) au sein des ONG au Liban. De ce questionnement empirique commun, il est apparu que l’étude de cette forme de mise au travail des migrant·es demeurait marginale dans la littérature sociologique et anthropologique, alors même que le phénomène connaît dans différents pays une popularisation croissante sous l’effet de politiques migratoires, d’asile et de citoyenneté. Le peu d’intérêt pour cette forme de bénévolat dans le champ académique, en dépit de son développement dans le champ associatif et humanitaire, souligne l’invisibilisation dont fait l’objet le travail des demandeurs·ses d’asile, des sans-papie·ères, ou des personnes en voie de régularisation. Souvent subsumé sous les traits de programmes d’empowerment, ce phénomène souffre ainsi d’une triple invisibilité : due à la position civique des personnes concernées d’une part, à la démarchandisation de ce travail “bénévole” (Destremau, 2018) d’autre part, mais aussi au champ dans lequel il s’exerce : celui des associations, ONG et institutions de l’asile (Drif, 2018).

Tout l’enjeu de cette rencontre était donc de faire émerger une conceptualisation critique du bénévolat migrant, en réfléchissant à ce qu’il est et à ce qu’il nous dit des contextes migratoires, politiques et socio-professionnels qui le produisent. Les différentes communications ont d’abord été introduites par un état de l’art des approches traitant du rapport entre le bénévolat et les migrations. Nos échanges s’en sont néanmoins démarqués en se décentrant de cette littérature qui s’intéresse essentiellement au bénévolat en le concevant comme un indicateur d’intégration, de participation politique et d’insertion professionnelle des migrant·es (Handy et Greenspan, 2009 ; Manço et Rim, 2018).

Les participant·es ont ainsi également apporté un regard critique vis-à-vis de cette vision normative et des discours officiels sur le bénévolat migrant. Cette perspective collective s’est élaborée à l’intersection de plusieurs domaines de recherche tels que la sociologie du travail (gratuit), l’anthropologie des migrations, ou du monde associatif (et de ses transformations), en prêtant une attention particulière à l’imbrication des rapports sociaux de sexe, de race et de classe.

Déroulement de la journée d’étude

Conférence introductive – Généalogie des études sur le travail bénévole

Dans sa conférence introductive, Maud Simonet a proposé une brillante généalogie des différentes perspectives qui se sont succédées sur le bénévolat, en resituant l’étude du bénévolat migrant dans la continuité des approches l’analysant comme du travail (Simonet, 2010), mais aussi comme participant de politiques de mise au travail (Simonet, 2018). C’est dans la lignée de cette sociologie critique du bénévolat que s’inscrit notre journée d’étude, en portant une attention particulière aux contraintes et injonctions des politiques publiques qui encadrent cette pratique, et en réinterrogeant ainsi le rôle (central) de l’État dans la fabrique du bénévolat. Dans ce cadre, Maud Simonet a souligné combien l’analyse du travail bénévole des migrant·es révèle une véritable “économie morale de la citoyenneté”. Les systèmes d’incitation que sous-tend le bénévolat prennent, en effet, des formes particulières lorsque ce sont des sans-papier·ères ou des demandeur·ses d’asile qui en sont les cibles, reflétant une “méritocratisation” de l’accès à un statut légal (Aubry, 2019). La conférence introductive de Maud Simonet a ainsi permis de mettre en lumière la fécondité d’une “sociologie politique du travail bénévole” proposée par cette journée d’étude, qui se veut attentive aux rapports de domination mais aussi aux formes de résistances ou aux “tactiques” mises en œuvre par les migrant·es (Di Cecco, 2019). 

Premier axe – Politiques et trajectoires du bénévolat migrant : entre délégation, intermédiation et subjectivation

Le premier axe, intitulé “Politiques et trajectoires du bénévolat migrant : entre délégation, intermédiation et subjectivation”, a réuni les communications de Daniela Trucco (Ermes-Université de Nice), Rachele Shamouni (Queen Mary University) et Maureen Clappe (Science Po Grenoble). Cet axe interrogeait un type particulier de travail bénévole, de plus en plus proposé aux – et investi par – les migrant·es : celui d’interprète ou de médiateur.trice culturel.le. Les communications de cet axe se sont focalisées sur les tactiques de (pré)professionnalisation à l’œuvre dans ce type de bénévolat, mais aussi sur les formes d’ethnicisation des compétences qui traversent cette pratique et en font un instrument d’intermédiation dans l’implémentation des politiques migratoires.

La communication de Rachele Shamouni analysait un programme de guide touristique autour du patrimoine “interculturel” de certains quartiers parisiens à forte présence migrante. La visite touristique de ces itinéraires urbains repose sur des personnes migrantes qui endossent gratuitement le rôle de guide touristique. Si ces dernières s’engagent dans cette tâche en la voyant comme une opportunité d’insertion professionnelle, elles se retrouvent pourtant prises par des dynamiques d’essentialisation et de folklorisation de leurs identités qui finissent par dévaluer leurs compétences, en les naturalisant et en assignant les guides étranger·ères à une altérité radicale. Rachele Shamouni a montré que ces tendances à la spectacularisation et à la mise en valeur de l’altérité, loin d’être circonscrites au programme étudié, s’inscrivent plus largement au sein des politiques contemporaines du tourisme culturel (Shamouni, thèse en cours).

Dans sa communication, Daniella Trucco s’est penchée sur l’activité des médiateur·trices linguistiques et culturel·les à la frontière entre la France et l’Italie, et sur les enjeux professionnels, sociolinguistiques et politiques que cette activité recouvre. Dans ce cadre, elle s’est intéressée à un nouveau profil de médiation qui émerge à Vintimille : des migrant·es “en transit”, qui décident de rester, pour un temps, à la frontière (Trucco, 2020). Sa communication a alors permis d’interroger la “rencontre” entre ces migrant·es et les organisations du système d’accueil sur place, en revenant sur leurs échanges et transactions. À partir de l’analyse des trajectoires de migrant·es devenu·es médiateur·trices linguistiques et culturel·les, Daniella Trucco a ensuite exposé les opportunités dont ils·elles se saisissent pour se (re)construire une carrière professionnelle. À cela s’ajoute les contraintes et difficultés que celles et ceux-ci éprouvent, face à la précarité de leurs statuts professionnels et aux pressions bureaucratiques et juridiques qui s’exercent sur elles·eux.

La communication de Maureen Clappe revenait quant à elle sur les usages associatifs et individuels du bénévolat migrant dans le domaine de l’interprétariat en France. Dans ce cadre, elle s’est focalisée sur le cas de demandeur·ses d’asile devenu·es interprètes bénévoles dans une association locale de soutien aux demandeur·ses d’asile, active dans le suivi de dossiers juridiques (Clappe, 2019). Son analyse s’est portée, en premier lieu, sur la manière dont les responsables associatif·ves recrutent des bénévoles au sein de leur association, et sur les enjeux auxquels renvoie le défraiement de cette activité bénévole. Dans un second temps, elle a traité des multiples usages que les exilé·es font de leur bénévolat indemnisé. Si des rétributions symboliques et financières sont en jeu pour les interprètes exilé·es, Maureen Clappe a également souligné comment leur travail d’interprétation, largement mobilisé par différentes associations liées à l’asile, se situent en dehors du droit du travail.

La discussion de ces trois communications, animée par Blandine Destremau, a fait ressortir l’importance de la compétence linguistique comme outil principal de la mise en récit de soi, constitutive du “rite d’institution” (Bourdieu, 2001) dans la procédure d’asile. Du reste, la dimension linguistique apparaît être au cœur de l’intermédiation exercée par le bénévolat migrant, dans le cadre d’un processus de traduction des politiques migratoires auprès de leur public-cible. La question des temporalités est ressortie comme un autre aspect transversal de cette première session. À ce titre, le bénévolat migrant s’inscrit dans une gestion temporelle du provisoire : à la fois dispositif de gouvernement du temps des migrant·es contre l’oisiveté forcée à laquelle ils et elles sont acculé·es, et stratégies déployées pour faire face à l’attente et la mise en suspens de leur projet migratoire par les procédures politiques (Clayton etVickers, 2018). Ces stratégies propres à l’engagement bénévole des migrant·es convergent vers l’horizon d’une promesse d’accès aux droits (civiques, d’asile, d’emploi), et invitent, à cet égard, à inscrire l’étude de ce bénévolat à l’aune des politiques migratoires, qu’elle contribue à éclairer en retour.

Second axe – Division du travail et production des rapports sociaux

Nos échanges se sont poursuivis lors d’un second axe qui portait plus spécifiquement, sur la question de la division du travail et de la reproduction des rapports sociaux que recouvre le bénévolat migrant. Les communications de Géraldine Vernerey (EHESS), Florence Ihaddadene (IDHES – Université Paris Nanterre) et Estelle Miramond (LCSP/CEDREF – Université Paris Diderot) ont exploré la manière dont l’imbrication des rapports sociaux façonnent le travail bénévole des migrant·es, en observant les dynamiques par lesquelles les organisations humanitaires et les associations (re)produisent en leur sein des hiérarchies. Il s’est agi d’explorer le double mouvement par lequel, d’une part, les politiques sociales, migratoires, et humanitaires encadrent la mise au travail de certaines catégories de migrant·es – ou leur exploitation – et, d’autre part, comment les administré·es se réapproprient les programmes ou les politiques desquelles ils et elles sont les objets.

Dans sa communication, Géraldine Vernerey a étudié les mécanismes de construction et de légitimation de la catégorie de “bénévole-paire”. À partir de son enquête au sein d’une association parisienne active dans l’accueil sanitaire et social de femmes migrantes (Vernerey, 2019), elle est revenue sur le processus de création de ce type particulier de statut proposé à certaines usagères de l’association : des femmes demandeuses d’asile et originaires d’Afrique de l’Ouest. Elle a ensuite disséqué les différentes étapes de la “carrière” de ces femmes devenues bénévoles-paires, en donnant à voir la façon dont elles perçoivent et vivent ce travail (gratuit) au sein de l’association. Celui-ci s’inscrit dans une division du travail associatif qui se caractérise par des rapports de pouvoir entre salariées – des femmes blanches – et bénévoles-paires. Dans ce cadre, Géraldine Vernerey a montré comment, au quotidien, les premières délèguent le travail de care aux secondes, avant de décrire, in fine les processus de racialisation qui accompagnent l’assignation au travail physique des femmes noires dans l’association.

Florence Ihaddadene a élargi la focale de la journée d’étude en abordant non pas le bénévolat, mais un programme français de service civique, spécifiquement axé sur l’action auprès des refugié·es. Après avoir analysé le rôle joué par les acteurs intermédiaires dans le financement et l’orientation du programme, ce sont les usages concrets que les réfugié·es font du service civique qui ont été examinés : l’indemnisation et l’apprentissage de la langue française constituent des moteurs de leur engagement, tout comme l’espoir que celui-ci puisse influencer la procédure de renouvellement du titre de séjour. Le lien entre précarité (économique et juridique) d’un côté, et volontariat de l’autre, est ainsi confirmé (Ihaddadene, 2019). Florence Ihaddadene en a conclu l’hypothèse que ce type de programmes participe de la construction d’un imaginaire du “migrant méritant”, selon lequel les migrant·es sont invité·es à faire preuve de leur citoyenneté et de leur bonne volonté, afin d’améliorer l’image fortement stigmatisée que la population française leur réserve.

Enfin, Estelle Miramond a proposé, à partir de l’appareil théorique du féminisme matérialiste, de questionner les coulisses de l’humanitarisme à travers la mise au travail à laquelle sont assignés les corps des femmes, accusées de prostitution, rapatriées au cours de leur parcours migratoire, ou catégorisées comme “victimes” ou “à risque” de traite au Laos. Leur confinement humanitaire dans un centre de réhabilitation au Laos apparaît comme le préalable de leur mise au travail (Miramond, 2020), et interroge la nature volontaire de leur intégration à ce centre, et du travail gratuit qu’elles y exercent. Sur le mode de l’encadrement disciplinaire, cette mise au travail repose sur des formations professionnelles des métiers d’esthéticienne, de cuisinière ou de couturière, construits comme les leviers d’une féminité légitime. Autant d’injonctions à une féminité normative véhiculées par le bénévolat, et contre lesquelles ces femmes s’opposent par des pratiques d’absentéisme, de fugues voire de conflits ouverts envers les encadrant·es. Ainsi, la communication d’Estelle Miramond a ouvert des pistes de réflexion fécondes sur les formes de résistances déployées par les migrant·es contre l’assignation au travail bénévole qui leur est faite.

La discussion transversale de ces trois communications, animée par Sébastien Chauvin, a permis de poser à nouveaux frais la critique de l’humanitarisme sous l’angle d’une “économie morale des inégalités migratoires”. À ce titre, les dispositifs sociaux ou humanitaires qui sous-tendent la mise au travail des migrant·es placent tous la question du mérite civique (Chauvin et Mascareñas, 2014) au cœur du tri qu’établissent les politiques migratoires, entre les “victimes prometteuses” ou “méritantes”, et les autres. Le bénévolat migrant, construit comme un hope labour (Kuehn et Corrigan, 2013), apparaît dès lors comme le moyen privilégié de produire du mérite civique pour des migrant·es frappé·es d’une interdiction de travailler (formellement). Cette perspective de recherche permet d’apporter un éclairage nouveau sur les effets de politiques migratoires restrictives dans le quotidien des migrant·es et, plus largement, dans la formulation d’un nouveau paradigme de citoyenneté « au mérite » (Chauvin, 2009) pour les populations qui en sont exclues.

Conclusion

Au terme de cette journée d’étude riche et dense en échanges, plusieurs points saillants ont été identifiés comme autant de balises pour conceptualiser le bénévolat migrant. Tout d’abord, l’importance de la médiation dans laquelle ce travail s’inscrit, qu’il s’agisse des lieux, des compétences ou du statut de ce travail. Ensuite, la prégnance des dispositifs d’encadrement de soi et des autres qui le façonne, entre incitation et adhésion, injonction et espoir en une promesse de régularisation. Enfin, les mécanismes de délégation et d’individualisation des politiques publiques en matière de migration que le bénévolat des exilé·es sous-tend. Si les conclusions de cette journée d’étude ne sauraient épuiser la richesse analytique de ce phénomène, elles ont permis de réaffirmer toute la pertinence, au regard de l’actualité des politiques publiques, à inscrire le bénévolat migrant à l’agenda de la recherche.

Bibliographie

Aubry Agnès (2019) « Le bénévolat d’hommes migrants en Suisse : travail gratuit et mise à l’épreuve civique », Critique internationale, 3 : 147-164.

Bourdieu Pierre (2001) « Les rites d’institution », in Langage et pouvoir symbolique, Seuil, Collection Points-Essais.

Chauvin Sébastien (2009) « En attendant les papiers », Politix, 3 : 47-69.

Chauvin Sébastien et Garcés‐Mascareñas Blanca (2014) « Becoming less illegal: Deservingness frames and undocumented migrant incorporation », Sociology compass, 8.4 : 422-432.

Clappe Maureen (2019) « Interpréter les récits de demande d’asile : une perspective légitimiste et opportuniste du statut de réfugié », Lien Social et Politiques, 83 : 167-183.

Clayton John et Vickers Tom (2018) « Temporal tensions: European Union citizen migrants, asylum seekers and refugees navigating dominant temporalities of work in England », Time & Society, 1-25.

Destremau Blandine (2018) « Construire l’autonomie par l’interdépendance dans les communautés Emmaüs », in Rist, B. et Rouxel, S. (dir.), Tous autonomes ? Injonction des politiques sociales ou fabrication collective, Septentrion, Le regard sociologique, Paris, 197-214.

Di Cecco Simone (2019) « Racisme, hiérarchies et résistances chez les travailleurs migrants bénévoles en Italie », Confluences Méditerranée, 4 : 75-87.

Drif Leila (2018) « Être réfugié et “volontaire” : les travailleurs invisibles des dispositifs d’aide internationale », Critique internationale, 4 : 21-42.

Handy Femida et Greenspan Itay (2009) « Immigrant volunteering: A stepping stone to integration? », in Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly, 38(6) : 956-982.

Ihaddadene Florence (2019) « De l’aide à l’emploi associatif à l’emploi-aidé : les usages du service civique dans un contexte de crise du marché du travail », in Arborio A.M., Bouffartigues et P., Lamanthe, A., Crise(s) et mondes du travail, Octarès. Toulouse.

Kuehn Kathleen et Corrigan Thomas F. (2013) « Hope labor: The role of employment prospects in online social production », The Political Economy of Communication 1.1.

Manço Altay A. et Rim Arara (2018) « Le bénévolat comme dispositif d’insertion à l’emploi des migrants : à quel prix ? », communication à la conférence Insertion des travailleurs migrants. Efficacité des dispositifs.

Miramond Estelle (2020) « Le confinement des femmes dans l’espace. Les apports de Colette Guillaumin à l’étude des politiques de lutte contre la traite », Cahiers du Genre, 69 (2).

Shamouni Rachele (thèse de doctorat en cours) Hospitality as action, imaginary and heritage in Paris – La Chapelle, Queen Mary Universtiy of London.

Simonet Maud (2010) Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?, Paris, La Dispute, coll. « Travail et salariat ».

Trucco Daniela (2020) « À Vintimille, des médiateurs entre contrôle et solidarité », Plein droit, 124 : 31-34.

Vernerey Géraldine (2019) Devenir et rester bénévole dans une association de santé : le travail de care gratuit dans l’espace associatif, Mémoire de master, EHESS, sous la direction de Marc Bessin, 141 p.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search