Thomas Chevallier – Résister à la politique

Thomas CHEVALLIER, Résister à la politique. Participation associative et rapport au politique dans les quartiers populaires en France et en Allemagne.
Thèse de science politique, sous la direction de Jean-Gabriel Contamin et le co-encadrement de Julien Talpin, soutenue le 30 septembre 2020.

 

▪ Quels sont les questionnements à l’origine de cette recherche ?

Ce qui est au centre de ce travail, c’est de penser le rôle politique que le monde associatif est amené à jouer dans les quartiers populaires. Quels rapports politiques se construisent entre les institutions publiques, les associations et les habitant·es à travers les multiples dispositifs de partenariat, de financement et de participation ? Comment expliquer que les associations de quartier aient souvent tendance à rester à distance de postures critiques ou revendicatives ?

Si ces questions ont déjà fait couler beaucoup d’encre, les travaux existants en sciences sociales laissent une part d’ombre que ma thèse cherche à éclairer. En effet, nombreux sont les travaux qui montrent que la Politique de la ville, les mesures de promotion de la participation des habitant·es et du « lien social » et les dispositifs de financement public ont pour conséquences des processus de dépolitisation, de reproduction des rapports sociaux et de subordination des acteurs associatifs[1]. Pourtant, pour le dire de manière un peu caricaturale, ces études tendent à surtout informer sur les décalages entre les discours institutionnels et des états de fait observables, sans toutefois nous donner réellement à voir les interactions et chaînes d’interactions à travers lesquelles de tels processus se constituent et s’alimentent au quotidien. C’est à une telle entreprise que je me suis attelé par le biais d’une enquête ethnographique comparée auprès de groupes associatifs d’un quartier de Lille nommé « Les Huiliers » et d’un quartier de Berlin nommé « Rachenburg ».

 

▪ Quels étaient vos points de départ théoriques ?

L’approche mise en œuvre a beaucoup pris inspiration sur les travaux des sociologues Nina Eliasoph et Paul Lichterman. Dans un premier temps, elle a consisté à s’inscrire dans le quotidien des groupes associatifs afin de saisir ce que les deux sociologues nomment leur « style », c’est-à-dire ce que les participant·es attendent d’un bon participant·e, la manière dont ils et elles se situent par rapport au monde social environnant et ce qu’ils et elles trouvent normal et légitime de dire et de faire[2]. Dans le cas de cette dernière dimension des normes interactionnelles, l’attention a été plus particulièrement portée sur la place de la « politisation » définie dans un sens communicationnel et processuel comme montée en généralité et conflictualisation de la parole et des actions[3] : dans les différents contextes de participation associative, les participant·es, employé·es, bénévoles ou publics, sont-ils et elles ouverts à certaines formes de politisation, ou ont-ils et elles plutôt tendance à « éviter le politique »[4] ?

Dans un second temps, l’enquête a porté sur les interactions entre les acteurs associatifs et les institutions publiques. À travers un principe de « filature ethnographique », les interactions entre les responsables, travailleur·ses et participant·es associatifs, d’une part, et les agent·es institutionnels et élu·es, d’autre part, ont été observées et interrogées sous l’angle des modalités de production et de négociation d’une grammaire publique du partenariat et de la participation. Qu’il s’agisse des actions publiques à destination des publics habitants ou des coulisses professionnelles telles que les réunions partenariales, l’hypothèse était que de telles interactions étaient le lieu de la diffusion par les représentant·es institutionnels de prescriptions, d’injonctions et de contraintes ayant pour conséquence d’inciter les acteurs associatifs et les habitant·es à rester éloignés de postures de politisation des problèmes sociaux et de mobilisation collective pour y faire face.

 

▪ Quelle a été la démarche de l’enquête ?

L’enquête repose sur un dispositif comparatif à plusieurs niveaux : international (France-Allemagne), inter-urbain (Lille-Berlin), inter-quartiers (Les Huiliers-Rachenburg) et entre plusieurs groupes associatifs. Un premier avantage d’un tel dispositif est de décentrer le regard en interrogeant « par le bas » le poids de facteurs tels que les politiques publiques (notamment celles ciblant les quartiers populaires : la Politique de la ville en France, le programme « Ville sociale » et le management de quartier en Allemagne ; mais aussi les politiques d’insertion ou d’intégration), les systèmes institutionnels, les cultures politiques et associatives, l’état des rapports sociaux aux échelles nationale, régionale, urbaine et infra-urbaine. Un autre avantage est de permettre de recouvrir un spectre assez diversifié de formes de participation associative, plus ou moins ouvertes à la politisation. En effet, parmi les groupes associatifs enquêtés, on compte :

  • à Lille : une association d’animation socioculturelle et de médiation ; et une association assumant un objet militant de défense du droit au logement par l’accompagnement individuel et collectif des habitant·es mal-logés (les deux associations étant financées par les pouvoirs publics) ;
  • à Berlin, une association d’alphabétisation portant un projet de « voisinage solidaire » et notamment un atelier cuisine « interculturel » ; un « café des parents » porté par une structure de prévention éducative dans une école primaire (ces deux premières entités étant d’étroits partenaires des institutions publiques dans le quartier) ; et un groupe informel d’habitant·es se réunissant pour lutter contre la hausse des loyers dans le quartier.
 
▪ Quels sont les principaux résultats de l’enquête ?

Malgré des différences notables entre les cas berlinois et lillois, la thèse met en lumière un phénomène remarquable de convergence vers une promotion institutionnelle de la dépolitisation, ce qui me poussera ici à surtout différencier les résultats entre associations assumant et n’assumant pas d’objet militant.

Dans le cas des groupes associatifs partenaires de l’action publique et n’assumant pas d’objet militant, l’enquête montre comment les formes de professionnalisation et d’action publique promues à travers les dispositifs institutionnels de partenariat et de financement conduisent les responsables et travailleur·ses associatifs à rester à distance de postures de politisation. L’étude plus particulière de la dimension financière donne à voir les ressorts par lesquels les acteurs associatifs sont mis dans une situation de dépendance vis-à-vis des financements publics et de précarité matérielle. Adossée à cette dépendance, l’observation des interactions conduit à mettre en lumière la manière dont les responsables institutionnels diffusent aux travailleur·ses associatifs leurs attentes en termes d’action publique. Ces attentes sont structurées par deux registres, l’un professionnel, et l’autre convivial, dont la combinaison conduit les acteurs associatifs à s’installer vis-à-vis des institutions dans un rapport de subordination qui ne dit pas son nom. En s’attachant à poser les bases d’une approche interactionniste critique, la thèse s’intéresse notamment aux moments et gestes de micro-sanctions et gratifications à travers lesquels les représentant·es institutionnels diffusent leurs prescriptions aux responsables associatifs et aux habitant·es. La « domination partenariale » qui en découle se prolonge jusque dans les arrières-scènes associatives à travers deux phénomènes : d’une part, une intériorisation plus ou moins importante des normes institutionnelles par les responsables associatifs ; d’autre part, une réduction de leur temps disponible du fait des exigences grandissantes des institutions (administratives, comptables, partenariales) et qui va jusqu’à les empêcher de prendre du recul et de réfléchir à d’autres voies possibles de traitement des problèmes des habitant·es des quartiers.

La thèse soutient donc la formule d’une domination partenariale exercée par les institutions publiques sur les acteurs associatifs, sans pour autant invisibiliser les multiples formes de résistances et de politisations observées auprès des groupes associatifs enquêtés. Si les enquêtes récentes sur les quartiers populaires ont bien permis de relativiser l’absence de politisation en mettant l’accent sur le domaine de l’infrapolitique[5], elles ont pu ce faisant avoir tendance à « tordre le bâton dans l’autre sens » en omettant de poser la question de la portée de ces résistances. Une ambition de ce travail de thèse a été de restituer la portée des résistances qui se donnaient à observer en inscrivant celles-ci dans une compréhension des dominations comme articulation nécessaire de processus subordination et de politisation – le titre de l’ouvrage de James C. Scott est d’ailleurs bien « La domination et les arts de la résistance ».

Dans les associations partenaires des institutions et n’assumant pas d’objet militant, l’immersion ethnographique sur le temps long a permis d’analyser des pratiques et processus de politisation « en mode mineur »[6], émergeant dans des entre-soi à travers l’émergence d’un « nous » et la construction d’un texte caché sur des thèmes comme le partage inégal du travail domestique, le racisme, la hausse des loyers, mais aussi sur la précarisation financière et la subordination des associations vis-à-vis des institutions. Du côté des responsables et travailleur·ses associatifs, l’enquête montre que l’inclination à résister aux prescriptions professionnelles des institutions dépend de la trajectoire des personnes, de leur niveau de capital culturel et de l’ouverture à d’autres milieux que celui du partenariat de quartier. L’exemple de Simon montre à quel point « l’accompagnement » des institutions peut devenir une source de socialisation forte : ancien habitant du quartier des Huiliers à Lille, il entre à l’association d’animation socioculturelle enquêtée dès ses seize ans alors qu’il est en décrochage scolaire ; il est dès lors repéré par les services de proximité de la mairie qui prennent en charge le financement de son emploi et sa formation ; lorsque je le rencontre plus de dix ans plus tard, son expérience du travail associatif dans le quartier est devenue sa principale source de socialisation, mise à part sa vie familiale. L’allégeance qu’il témoigne vis-à-vis de la mairie et le faible degré de résistance qu’il montre sont à comprendre au regard de cette trajectoire.

 

Du côté des groupes associatifs assumant un objet militant, l’énigme a alors été de comprendre comment ceux-ci parviennent à déployer et maintenir un travail de politisation dans un contexte de promotion institutionnelle de la dépolitisation associative. Leurs employé·es dans le cas lillois et leurs militant·es bénévoles dans les cas lillois et berlinois s’appuient bien sûr sur un niveau de capital culturel relativement élevé, comparable à celui des agent·es institutionnels et des élu·es, ce qui leur permet de se sentir légitimes à leur résister. Dans l’association lilloise de défense du droit au logement, ce sentiment de légitimité à résister est nourri par les séquences régulières de discussion collective lors desquelles les participant·es construisent et alimentent des normes alternatives sur ce que devrait être la politique du logement et de quartier. Le travail de politisation s’appuie toutefois sur des financements publics obtenus grâce à un fort ancrage local, à une capacité de mobilisation, mais aussi à la maîtrise des catégories techniques et managériales dont la directrice salariée fait preuve et des relations que celle-ci entretient avec certains élu·es. Dans ce cas comme dans celui du groupe informel berlinois, l’observation montre que les participant·es font face à certains dilemmes et ne parviennent pas à éviter certaines limites revenant toujours à l’imposition aux habitant·es les plus précaires d’une « bonne » politisation.

En conclusion, ma thèse apporte un éclairage nouveau sur la fonction d’encadrement politique des habitant·es des quartiers populaires que le monde associatif est conduit à exercer à travers les dispositifs institutionnels et de professionnalisation. Elle s’appuie pour cela sur la notion de « classe d’encadrement » développée par Alain Bihr[7] pour faire l’hypothèse que la faiblesse et la rareté des mobilisations politiques d’habitant·es tiennent en fait beaucoup aux intérêts de ceux et celles qui vivent du travail associatif dans les quartiers : à travers les dispositifs de financement et de partenariat, les responsables associatifs font carrière et, ainsi, se rapprochent plus des agent·es institutionnels et élu·es que des publics qu’ils et elles sont censés « accompagner ». Ainsi, leur emploi dépend in fine de leur capacité à éloigner les habitant·es de comportements politisés. Sans culpabiliser, il serait de plus en plus urgent aujourd’hui d’ouvrir un débat sur cet intérêt à l’encadrement qui a pour spécificité d’être efficace politiquement en grande partie parce qu’il est tabou, refoulé : les travailleur·ses associatifs des quartiers ne peuvent tenir dans le temps long que parce qu’ils et elles donnent du sens à leur travail, que celui-ci continue de se présenter comme un travail social, même militant, comme la défense d’une cause : celle des habitant·es. En un sens, la classe d’encadrement associative dans les quartiers existe surtout comme classe « malgré soi ».

 

 

[1] Parmi ces travaux, on pourra citer (sans prétention à l’exhaustivité) ceux de Catherine Neveu, Marion Carrel, Jacques de Maillard, Elise Palomarès, Aude Rabaud. 

[2] Eliasoph (N.), Lichterman (P.), « Culture en interaction. Une ethnographie des styles de groupe de deux organisations civiques en Californie », in Berger (M.), Cefaï (D.), Gayet-Viaud (C.), dir., Du civil au politique, Peter Land., Bruxelles; New York, 2011.

[3] Hamidi (C.), « Éléments pour une approche interactionniste de la politisation », Revue française de science politique, 56 (1), 2006.

[4] Eliasoph (N.), L’évitement du politique: comment les Américains produisent l’apathie dans la vie quotidienne, Paris, Économica, 2010.

[5] Scott (J. C.), La Domination et les arts de la résistance : Fragments du discours subalterne, Paris, Éditions Amsterdam, 2009.

[6] Palomares (É.), « Contester le racisme en mode mineur », Sociétés contemporaines, 70 (2), 2008.

[7] Bihr (A.), Entre bourgeoisie et prolétariat: l’encadrement capitaliste, Paris, L’Harmattan, 1989.

 

Thomas Chevallier, Université de Lille (Ceraps – UMR 8026)
thomas.chevallier[at]univ-lille.fr

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search