Julie Testi – La reconnaissance pédagogique des engagements bénévoles et militants.

« La reconnaissance pédagogique des engagements bénévoles et militants. Étude d’une politique universitaire qui fait long feu. »
Thèse en science politique, sous la direction de Sophie Duschesne, soutenue le 18 janvier 2021 à l’Université Paris Nanterre (ISP – UMR 7220).

 

Quel  a été le point de départ de votre questionnement?

Dans ma thèse, je me suis donnée pour ambition d’étudier, à partir d’un petit dispositif pédagogique, les différents types d’acteurs qui cherchent à encourager les étudiant·e·s à des formes d’engagements – associatives ou syndicales – « conformes aux canaux posés comme légitimes par ceux qui ont le pouvoir »1.

Ma recherche a débuté en 2013 dans le cadre d’un contrat CIFRE au sein d’une association de soutien à la scolarité mobilisant des étudiant·e·s bénévoles, l’AFEV. C’est dans le cadre de mes missions au sein cette association que j’ai pris connaissance de l’existence de dispositifs de reconnaissance des engagements étudiants dans les cursus universitaires2. J’ai également découvert que l’AFEV disposait de nombreuses conventions de partenariat avec des universités, dont une partie prévoyait la mise en œuvre de dispositifs de reconnaissance spécifiquement dédiés à ses bénévoles. Je me suis donc rapidement demandé pourquoi les partenariats avec les universités revêtaient autant d’importance pour cette association ?
Et de manière plus singulière, pourquoi ses dirigeant·e·s mobilisaient-elles/ils autant d’énergie et de ressources afin que les bénévoles voient leurs activités associatives reconnues au sein de leur cursus ?

J’ai dans un premier temps réalisé un inventaire des dispositifs existant dans une soixantaine d’universités, couplé à quelques entretiens exploratoires, qui m’ont conduit à une première mise en intrigue de mon objet de recherche. Il est en effet apparu que si la question de la reconnaissance des engagements étudiants était une préoccupation majeure des équipes salariées de l’AFEV, il n’en était rien du côté de leurs bénévoles. Parallèlement, j’observais une multiplication des dispositifs de reconnaissance des engagements au sein des universités à partir des années 2010, laquelle contrastait avec le faible nombre d’étudiant·e·s touché·e·s. Ces premières observations m’ont conduit à vouloir interroger les dispositifs de reconnaissance des engagements non pas à partir des étudiant·e·s concerné·e·s, mais à partir de celles et ceux qui cherchent à encourager leur engagement dans des associations. Dans cette thèse, je me suis donc donnée pour objectif d’étudier la mise en œuvre d’un dispositif universitaire d’action publique en train de se faire, par le prisme d’un acteur associatif. Il s’agissait d’analyser les raisons de la promotion pour les différents acteurs de l’intégration de la pratique bénévole dans les formations universitaires.

 

Quelles étaient vos hypothèses de départ sur les évolution de l’Université?

J’ai émis deux hypothèses principales qui traversent l’ensemble de la thèse. D’une part, ces dispositifs, aussi petits soient-ils, s’inscriraient dans un contexte global de transformation de l’Université. Ainsi, l’analyse de leur mise en œuvre permettrait d’observer l’évolution des « configurations universitaires »3 entre les directions des universités, les universitaires et la tutelle. Ce nouveau dispositif pédagogique s’intégrait également dans une vision de la démocratisation de l’enseignement supérieur compatible avec une libéralisation de l’Université4.
D’autre part, j’ai émis l’hypothèse que l’irruption d’un nouvel acteur, les associations, au sein de la formation ne transformerait pas uniquement le rapport des enseignant·e·s aux enseignements (avec de nouvelles modalités pédagogiques), mais qu’elle modifie le rapport entre les enseignant·e·s et les directions d’établissement.

 

Quelle a été la démarche de l’enquête?

Dans ma thèse, j’ai cherché à analyser, à partir d’une enquête multi-niveaux, les multiples dimensions que les dispositifs de reconnaissance des engagements étudiants pouvaient revêtir : depuis les institutions internationales et européennes, l’État et ses acteurs, les configurations locales d’acteurs au sein des universités et enfin par l’étude d’une association engagée dans la conception et la mise en œuvre de ces dispositifs. Cette recherche s’est donc intéressée aux processus d’adhésion et de résistance des différents types d’acteurs universitaires à la reconnaissance des engagements bénévoles des étudiant·e·s. Elle s’est également attachée à observer les transformations des rapports de pouvoir au sein des universités, à partir notamment de l’étude de l’irruption des associations comme nouveau type d’acteur dans la formation universitaire.

 

Quels sont les principaux résultats de votre travail?

Au travers de l’historique des réformes, mais également à l’aide de plusieurs études de cas, j’ai montré que cette petite réforme pédagogique tend, comme d’autres, à la transformation des modalités d’enseignement et à la professionnalisation des cursus. En effet, les activités bénévoles ne sont pas définies par les acteurs qui les mettent en œuvre comme un simple apprentissage de la citoyenneté, mais comme une réponse au déficit d’intégration sociale et professionnelle des jeunes. Ici, le savoir universitaire est opposé à l’expérience de terrain, contribuant ainsi à le délégitimer au sein même des établissements du supérieur.

De plus, l’enquête montre que ce dispositif s’inscrit dans une transformation plus large des configurations universitaires. Les liens hiérarchiques entre universitaires et universités se renforcent à mesure que la direction des établissements endosse le rôle de manager (dans la gestion des carrières, des recrutements). Cette transformation est également permise par l’évolution des différents plans quadriennaux des universités, lesquels ont pour effet de restructurer les UFR et les départements, mais également d’unifier les cursus, avec des modèles de maquette unique. Dans cette situation, les directions des universités gèrent de plus en plus fréquemment une partie de la formation à l’échelle de l’établissement, en dé-saisissant ainsi les enseignant·e·s chercheur·se·s. J’ai ainsi pu observer le rôle moteur des directions d’universités dans la mise en œuvre des dispositifs de reconnaissance des engagements des étudiant·e·s. L’étude de ce dispositif pédagogique permet donc de faire le constat d’une baisse d’autonomie des universitaires vis-à-vis des directions des établissements, lesquels sont en mesure d’imposer l’organisation d’une partie des études.

Enfin, l’enquête a permis de montrer comment l’AFEV, dans son rapport aux universités, dépasserait en quelque sorte la fonction tribunitienne dévolue aux associations, pour une pratique comparable aux groupes d’intérêts dans la conquête d’un nouveau marché. L’AFEV en tant qu’entreprise associative ne cherche pas à représenter les intérêts des étudiant·e·s. Elle ne se fait pas non plus le relais d’une demande interne. Elle construit, néanmoins, une demande sociale (par l’intermédiaire de questionnaires à destination des bénévoles) afin de légitimer sa position experte. Sa volonté de développer des services en direction des universités s’inscrit, d’une part, dans une tendance plus générale du transfert de certaines missions de l’État au profit du secteur associatif5.
Le fonctionnement de l’association repose, en effet, sur de nombreuses subventions publiques (nationales ou locales) sur l’ensemble de ses domaines d’intervention. Elle a donc cherché, en vain, à étendre ses recherches de financement aux universités. D’autre part, son action se veut être une réponse au développement d’une concurrence associative en interne des universités qu’il s’agisse d’associations ayant des objets similaires, ou même d’organisations étudiantes, lesquelles risqueraient de fragiliser sa position au sein des campus (prêt d’un local, possibilité d’affichage, d’organisation d’évènements, etc.).
Ainsi, l’enquête montre que si l’AFEV demeure l’association bénéficiant du plus grand nombre de dispositifs de reconnaissance des engagements dédiés à ses bénévoles, elle est progressivement remplacée par les directions des établissements dans l’élaboration et la mise en œuvre de cette politique, mettant ainsi en péril sa place au sein des universités.

Julie Testi
ISP (UMR 7220), Université Paris Nanterre
testi.julie@gmail.com

1Stéphanie Garneau, « Pour changer de regard sur les jeunes et le politique: quelques idées de recherche » dans Nicole Gallant et Stéphanie Garneau (eds.), Les jeunes et l’action politique: participation, contestation, résistance, Québec, Canada, France, Presses de l’Université Laval, 2016, p. 232.

2J’entends par reconnaissance l’ensemble des dispositifs mis en œuvre au sein des universités qui permettent de valoriser ou de valider les engagements étudiants. La valorisation concerne les dispositifs qui participent à la formation initiale des étudiant·e·s, mais sans compter dans l’obtention du diplôme (par exemple les certifications ou les suppléments au diplôme). La validation rassemble quant à elle les dispositifs intervenant dans l’obtention du diplôme (principalement les Unités d’Enseignement et les points jury). Depuis 2017 et la loi Égalité et Citoyenneté, les établissements d’enseignement supérieur doivent tous proposer un dispositif de validation des compétences acquises dans un cadre bénévole.

3Christine Musselin, La longue marche des universités françaises, Paris, Presses universitaires de France, 2001, 218 p.

4Sandrine Garcia, « Les territoires communs des détracteurs et des partisans de « la mondialisation libérale ». Le cas de la libéralisation de l’enseignement supérieur », Journal des anthropologues. Association française des anthropologues, 1 juin 2004, no 96‑97, p. 29‑52.

5Matthieu Hély, Les métamorphoses du monde associatif, Paris, Presses Universitaires de France, 2009, p. 306.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search