Ludovic Joxe – Les ressorts de l'(in)satisfaction : le cas du personnel international humanitaire

Les ressorts de l'(in)satisfaction : le cas du personnel international humanitaire. Thèse de doctorat en Sociologie sous la direction de Fred Eboko, soutenue le 17-06-2019 à Sorbonne Paris Cité

Quels sont les questionnements à l’origine de votre recherche ?

Cette recherche trouve sa genèse dans ma propre expérience de terrain, en tant que travailleur de l’organisation Médecins Sans Frontières (MSF). En 2012, à Gambella en Éthiopie, lors de ma deuxième mission, je suis le témoin d’un certain nombre de situations qui m’interpellent : rejet de la part des autorités locales, vols de matériel, plaintes en justice, démissions, disputes et surtout fatigue, lassitude et frustration d’une majorité de mes camarades.

À chacune de mes nouvelles missions, je continue d’observer le même malaise. Non seulement, de nombreux travailleurs se plaignent des effets pervers et des contradictions de leur action, mais en même temps, de nombreux autres, ou parfois les mêmes, se disent déprimés et sont qualifiés de “cramés” par leurs collègues. Il ne s’agit pas de dire que ce phénomène est systématique, mais qu’il est suffisamment récurrent pour mériter l’intérêt. Alors que le secteur humanitaire est souvent perçu comme source d’épanouissement, ses acteurs n’échappent visiblement pas aux marasmes contemporains de la souffrance au travail. Comment dès lors comprendre qu’un milieu supposé permettre à ses acteurs de donner un “sens”, les autorisant à “sauver le monde”, puisse en même temps nuire à leur santé physique et mentale ? C’est cette contradiction apparente que cette thèse, soutenue en 2019, a souhaité éclairer.

 

Quelles sont les méthodes utilisées et les terrains enquêtés ?

Les méthodes sont doubles. D’un côté, mon enquête s’est appuyée sur une observation participante lors de la dizaine de missions que j’ai effectuées avec MSF de 2011 à 2017 : Colombie, Éthiopie, Congo-Brazzaville, Centrafrique, Guinée, Ukraine, Tanzanie, Niger, Haïti et Pakistan. J’y ai occupé plusieurs positions : logisticien, administrateur et coordinateur de projet. D’un autre côté, j’ai effectué cinquante-cinq entretiens avec des expatriés de seize nationalités et de quatre continents différents, des expatriés aussi bien issus du métier médical, que du métier administratif ou logistique, interviewés à la fois directement sur le terrain, mais aussi entre leurs missions.

Ce positionnement n’a pas été sans poser des questions. Ma double casquette de chercheur et d’acteur n’a jamais été officialisée par un document écrit de la part de MSF. Ce manque de reconnaissance n’a pas facilité l’accès à certains pans de l’organisation, mais a sans doute renforcé en contrepartie mon autonomie dans l’orientation de ma recherche et l’extériorité de mon regard. Mes collègues étaient le plus souvent au courant et intéressés par ma recherche. Je ne leur ai en tout cas jamais dissimulé mon statut. Si j’ai dû me sentir limité dans cette recherche, c’est sans doute davantage par les attentes académiques que par les contraintes MSFiennes. L’enjeu n’était pour moi pas celui d’une carrière chez MSF, mais l’espoir d’une reconnaissance scientifique.

 

Quels sont les principaux résultats de cette recherche ?

Cette thèse soutient d’abord le fait que les processus classiques de l’insatisfaction basés sur une infirmation des attentes ou ceux basés sur la notion d’“action empêchée” (Yves Clot, Kostulsky, et Litim 2004) masquent un mécanisme sous-jacent : celui de la confiance dans l’actant jugé responsable de l’événement attendu, dans la reconnaissance de la légitimité de cet actant, et plus largement dans l’acceptation des rapports de domination en jeu.

Cette thèse soutient également que le secteur humanitaire est un secteur professionnel propice à l’insatisfaction pour les raisons suivantes : un secteur focalisé sur les situations nouvelles et donc favorable aux rapports de pouvoir, une hybridité organisationnelle entre association et entreprise qui met en tension MSF dans sa gestion de la souffrance au travail, une difficulté à faire exister des espaces de hors-travail lors des missions de plusieurs mois et une large absence d’“activités de refuge”, des travailleurs de l’humanitaire peu socialisés par leurs études aux dilemmes du travail humanitaire, des terrains de mission fragmentés à travers le monde et des contrats courts qui rendent difficile la défense harmonisée de la souffrance des travailleurs humanitaires, et enfin une distance entre le siège et le terrain qui invisibilise en partie le sujet aux yeux la hiérarchie.

 

Avec quelles autres recherches passées et/ou présentes avez-vous dialogué le plus étroitement ?

Hormis la littérature sur le secteur humanitaire et l’aide internationale, hormis celle sur la souffrance au travail, hormis celle issue de la sociologie des associations ou celle issue de la sociologie des émotions, j’ai en particulier mobilisé, pour des raisons diverses, trois auteurs : Bruno Latour, Bernard Lahire et Erhard Friedberg.

D’abord Bruno Latour, pour sa contribution aux côtés de Madeleine Akrich et Michel Callon, à la sociologie de la traduction (Latour [1985] 2011; 2005; Akrich, Callon, et Latour 2006). Cette sociologie qui introduit la notion d’actant m’a autorisé à considérer comment des lieux, aussi bien que des objets, des situations ou des collègues pouvaient être à l’origine d’un sentiment d’insatisfaction.

Ensuite Bernard Lahire pour son approche dispositionnalo-contextualiste. Cette approche détaillée dans l’“Homme Pluriel” (Lahire 2011) et dont je me suis inspirée m’a permis de distinguer deux origines de l’insatisfaction : d’une part, celle contextuelle, systémique, associée à l’organisation, au poids et aux dynamiques institutionnelles, et d’autre part, celle plus dispositionnelle, associée à l’individu, à son parcours de vie et à son regard subjectif sur les événements.

Et enfin Erhard Friedberg, pour ses analyses de la notion de pouvoir. C’est en m’appuyant sur ses travaux réalisés en partie conjointement avec Michel Crozier (Friedberg 1972; Crozier et Friedberg [1977] 2014) que j’ai réfléchi aux situations dans lesquelles se constituaient des situations jugées comme empêchées. C’est en relation avec ses travaux (et en opposition aux “zones d’incertitude”) que j’ai finalement introduit la notion de “zones de certitude” et bâti une compréhension de la notion d’insatisfaction à travers celle des rapports de pouvoir et de domination.

Bibliographie :

Akrich, Madeleine, Michel Callon, et Bruno Latour. 2006. Sociologie de la traduction: textes fondateurs. Sciences Sociales. Paris: Ecole des mines de Paris.

Clot, Yves, Katia Kostulsky, et Malika Litim. 2004. « Activité empêchée et amputation du sens du travail: conséquences sur la santé. L’exemple d’un service de gériatrie ». Congrès International Hommes et organisations: la santé au coeur des enjeux de l’entreprise.

Crozier, Michel, et Erhard Friedberg. (1977) 2014. L’acteur et le système : Les contraintes de l’action collective. Points 111. Paris: Seuil.

Friedberg, Erhard. 1972. « L’analyse sociologique des organisations ». Pour, no 28.

Lahire, Bernard. 2011. L’homme pluriel: Les ressorts de l’action. Paris: Fayard/Pluriel.

Latour, Bruno. 2005. Reassembling the social: an introduction to actor-network-theory. Clarendon lectures in management studies. Oxford ; New York: Oxford University Press.

———. (1985) 2011. Pasteur: guerre et paix des microbes ; suivi de Irréductions. Paris: La Découverte.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search