Maxime Lescurieux – Le temps de militer. Carrière syndicale et disponibilité biographique des femmes et des hommes de la CFDT

Thèse de sociologie, sous la direction de Sophie Pochic et Ariane Pailhé, soutenue le 24 mars 2021 à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (Ehess)

Quels sont les questionnements à l’origine de cette recherche ?

Plusieurs facteurs sont souvent avancés pour expliquer le moindre engagement des femmes dans l’activité syndicale. Le premier facteur relève de la tradition d’implantation des syndicats au sein de secteurs d’activités relativement moins féminisés (Silvera, 2006). Le deuxième facteur est lié au contexte et statut d’emploi. Les femmes sont en effet, concentrées dans quelques métiers féminisés du tertiaire, souvent marqués par la précarité d’emploi, une faible présence syndicale et de moins de droits syndicaux, à l’exception de la fonction publique (Guillaume, Pochic, 2011). Un troisième facteur retient l’idée d’encastrement des inégalités de genre au sein même des organisations (Acker, 1990). Pour finir, l’activité syndicale expose encore aujourd’hui à des risques réels. Ces risques sont de plusieurs ordres tels que des retards de carrières professionnelles ou encore des pénalités salariales plus ou moins difficiles à supporter selon certaines catégories de la population active (Chappe et al, 2019).

Alors que ces facteurs jouent un rôle essentiel dans le degré de participation syndicale des femmes, très peu de recherches en France s’intéressent aux conflits d’articulation entre temps syndical, professionnel et domestique. Pourtant, la question de l’articulation n’est pas nouvelle. Elle est présente dès les années 1970 avec la montée massive de l’activité salariale féminine. Les transformations de l’organisation du travail (intensification, développement de la flexibilité du temps de travail, précarisation des emplois, etc.) et certains changements dans la famille (accroissement du nombre de familles monoparentales, recomposées, prise en charge de la dépendance liée au vieillissement de la population, etc.) exacerbent la question de l’articulation des temps sociaux (Pailhé, Solaz, 2009), encore davantage mise en lumière avec la pandémie de la Covid-19.

À ce jour, rares sont les travaux en sociologie du syndicalisme à mobiliser la question du temps de l’engagement pour comprendre l’existence d’inégalités entre les femmes et les hommes. Or le temps syndical déborde toujours sur la vie privée, il empiète sur le soir, le week-end, il s’exerce en continu en cas de conflit du travail ou de mobilisation collective. Limiter son engagement syndical quand on exerce un, et surtout plusieurs mandats, est difficile (Le quentrec, Rieu, 2003).

A partir de ce constat, j’ai donc cherché à comprendre de quelles manières la question de l’articulation des sphères de vie influence-t-elle l’engagement syndical ? Comment agit-elle sur le processus d’engagement et la fabrique des carrières syndicales dans le temps ? Permet-elle d’expliquer la persistance des inégalités entre les femmes et les hommes dans l’espace syndical, malgré la mise en place de mesures volontaristes ? Si oui, comment ?

Quelles sont les méthodes utilisées et les terrains enquêtés ? 

Cette enquête repose sur une méthodologie mixte. Le matériau qualitatif est composé d’une quarantaine d’entretiens biographiques menés auprès de militantes et militants qui occupent différents mandats et responsabilités syndicales à la CFDT. Ces entretiens ont également été complétés par des observations ethnographiques, en particulier lors de plusieurs événements militants à savoir des congrès, des rassemblements ou encore des conférences menées par le syndicat. J’ai enfin mené un travail au sein des archives de la CFDT qui dispose d’un fond très riche et facilement accessible. Pour terminer, cette enquête repose sur une enquête statistique sur les parcours syndicaux qui retrace rétrospectivement et conjointement la dimension professionnelle, intime et syndicale de militant.es de la CFDT, de leur naissance jusqu’en 2018. À l’issue d’un tirage aléatoire simple du fichier des adhérent.es du syndicat, un questionnaire en ligne a été adressé à un échantillon représentatif de 30 000 militant.es. Au total, 1115 questionnaires ont été exploités.

Quels sont les principaux résultats de cette recherche ?

A partir de la question de la disponibilité biographique, la thèse permet de mettre en lumière la persistance des inégalités entre les femmes et les hommes en matière d’engagement syndical, malgré la mise en œuvre de politiques volontaristes en faveur de l’égalité des sexes à la CFDT. De l’adhésion jusqu’aux plus hautes positions syndicales, les femmes connaissent davantage de difficultés pour pouvoir s’engager relativement aux hommes en raison de rapports de pouvoir inégaux et durables au sein de la sphère professionnelle et domestique. La non-étanchéité des espaces implique des effets plus ou moins favorables à l’engagement syndical qui tendent à se cumuler, mais qui perdurent en faveur des hommes.

Au sein de la sphère professionnelle, selon le genre et la classe, les conditions d’emploi et de travail induisent des inégalités temporelles sur le marché du travail. Or ces temporalités engendrent plus ou moins de difficultés d’accès à l’engagement syndical dans le temps. Les horaires atypiques, les contrats aux durées déterminées ou encore le temps partiel (situations dans lesquelles les femmes et les classes populaires sont surreprésentées) nuisent aux carrières militantes, de l’adhésion syndicale, à la prise d’un premier mandat en passant par le cumul, jusqu’aux chances de devenir permanent.e. La plus forte connaissance de ces temporalités sur le marché du travail induit des difficultés et des retards d’engagement. Les carrières syndicales sont moins linéaires et retardées.

Au sein de la sphère privée, là encore, le genre et la classe tendent à fixer des positions et des tâches spécifiques qui engendrent des inégalités temporelles. Les temps domestiques freinent, selon leurs niveaux, l’engagement dans l’univers syndical. Quand l’âge des enfants n’est pas un obstacle à l’engagement des hommes, les femmes sont en revanche pénalisées. Le temps parental pénalise les militantes dans la durée à moins qu’elles ne disposent de suffisamment de capital économique pour l’alléger ou le déléguer. Avoir un conjoint qui accepte de prendre en charge une partie de ces temps constitue une ressource importante dans l’accès à des positions de pouvoir dans la sphère syndicale pour les femmes. Les rapports de pouvoir dans l’univers familial occupent alors une place prédominante dans la construction des carrières syndicales dans le temps.

Avec quelles autres recherches passées et/ou présentes avez-vous dialogué le plus étroitement ?

Comprendre le processus d’engagement au prisme de la disponibilité biographique m’a rapidement orienté vers des recherches qui se sont intéressées à la question du temps et sa définition. Sur cette question, les travaux de Norbert Elias ou d’Edward Palmer Thompson ont été très importants dans ce travail (Elias, 1994 ; Thompson, 2004). Ces chercheurs considèrent le temps comme une institution coercitive et socialement construite. Ce cadre théorique permet d’une part de réfuter l’idée communément admise selon laquelle le temps est une donnée « naturelle », à l’image du cadre théorique newtonien ou encore de la philosophie de Kant et Descartes. D’autre part, de s’opposer au caractère absolue du temps et de son écoulement uniforme pour l’ensemble de la population comme l’avance Hartmut Rosa (Rosa, 2010). De nombreuses recherches attestent du caractère objectivement inégal du temps au sein des rapports sociaux et de production selon le genre et la classe (Voir le numéro 226-227 des Actes de la recherche en sciences sociales). Cet aspect est crucial pour comprendre la construction des carrières militantes et la domination masculine dans le champ syndical.

Bibliographie

Acker, Joan. « Hierarchies, Jobs, Bodies: A theory of gendered organizations », Gender and society, n°2, 1990, pp.139-158. 

« Temps et pouvoir », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 226-227, n°1-2, 2019, pp. 6-15.

Chappe, Vincent-Arnaud. Denis, Jean-Michel. Guillaume, Cécile. Pochic, Sophie. La fin des discriminations syndicales ? Luttes judiciaires et pratiques négociées, Editions du Croquant, Paris, 2019, pp.255. 

Elias, Norbert. Du temps, Fayard, Paris, 1994, pp.224. 

Guillaume, Cécile. Pochic, Sophie. « The organisational nature of union careers: the touchstone of equality policies », European Societies, n°3, 2011, pp.607-631. 

Le Quentrec, Yannick. Rieu, Annie. Femmes : engagements publics et vie privée, Syllepse, Paris, 2003, pp.139.  

Pailhé, Ariane. Solaz, Anne. « Pourquoi une telle enquête aujourd’hui ? », Ariane Pailhé éd., Entre famille et travail. Des arrangements de couple aux pratiques des employeurs. La Découverte, 2009, pp.19-25.

Rosa, Hartmut. Accélération. Une critique sociale du temps, La découverte, Paris, 2010, pp.480. 

Silvera, Rachel. « Vers une approche intégrée et transversale de l’égalité dans le syndicalisme ? L’exemple de six pays européens », Recherches féministes, n°19, 2006, pp.47-67. 

Thompson, Edward Palmer. Temps, discipline du travail et capitalisme industriel. La Fabrique Éditions, Paris, 2004, pp.108.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search