Simon Massei – L’égalité pour les autres. Éducation à l’égalité entre les sexes et racialisation du sexisme en France.

Thèse de doctorat en science politique, sous la direction de Frédérique Matonti, soutenue le 16 novembre 2020 à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne (CESSP – UMR 8902)

Quels sont les questionnements à l’origine de cette recherche ?

L’éducation à l’égalité entre les sexes à l’école tend depuis le tournant des années 2000 à se concentrer sur le public racisé des établissements de banlieue pauvre. L’expérimentation en 2013-2014 des « ABCD de l’égalité », un programme expérimental d’éducation à l’égalité entre les sexes très médiatisé à l’époque, en fournit une illustration parmi d’autres. Cette situation ne correspond pas à la distribution réelle des inégalités entre les sexes et des violences de genre en France, relativement transversales comme l’ont établi plusieurs enquêtes quantitatives, à commencer par l’ENVEFF dirigée par Maryse Jaspard.

Mon objectif en travaillant sur l’éducation à l’égalité entre les sexes à l’école était donc de comprendre à la fois les causes politiques et institutionnelles de cette forme de racialisation de l’antisexisme scolaire, et d’en saisir les conséquences tant sur le contenu de ces actions éducatives que sur leur réception par les élèves et leurs parents, en particulier dans les « quartiers » et dans un contexte où le « problème musulman » est fréquemment articulé à des enjeux de genre et de sexualité dans le débat public.

Le rapprochement avec la sociologie du monde associatif ne s’est fait que dans un second temps, notamment devant le constat que, dans un contexte de territorialisation des politiques scolaires et de développement de « l’économie sociale et solidaire », les actions d’éducation à l’égalité entre les sexes à l’école sont aujourd’hui largement sous-traitées par des associations employeuses partenaires de l’enseignement public : grandes fédérations féministes (CIDFF, planning familial), petites associations éducatives locales, collectifs d’artistes à la frontière entre éducation populaire et action théâtrale…

Quelles sont les méthodes utilisées et les terrains enquêtés ?

Mon travail sur les associations d’éducation à l’égalité entre les sexes a essentiellement pris la forme d’un enquête ethnographique « en pointillés ». Entre septembre 2014 et avril 2016, j’ai suivi huit associations franciliennes. Sous le statut de stagiaire, j’ai assisté à 79 actions d’éducation à l’égalité entre les sexes dans 29 établissements scolaires (écoles primaires, collèges et lycées confondus). J’en ai retiré un peu plus de 600 pages de notes ethnographiques qui constituent le principal matériau de ma thèse. J’ai ensuite complété ces observations par 22 entretiens de type « récit de vie » avec des salarié·es du secteur associatif. Avec le recul, je pense que ma démarche a été accueillie d’autant plus favorablement par les associations qu’elles y ont vu une forme d’évaluation des effets de leurs actions. Leurs rapports de dépendance économique avec les établissements scolaires, les collectivités et autres organismes financeurs (ARS, Ministère des Droits des femmes,…) au sein de ce que j’appelle le marché de l’éducation à l’égalité entre les sexes expliquent vraisemblablement cette situation.

Quels sont les principaux résultats de cette recherche ?

Le premier résultat de ma thèse en lien avec la sociologie du monde associatif est certainement de montrer que la sous-traitance croissante des actions d’éducation à l’égalité entre les sexes à l’école par le secteur associatif depuis une vingtaine d’années maintenant accentue le phénomène de racialisation du sexisme, en raison notamment de la nature des financements publics destinés à ces actions éducatives. La « politique de la ville », la lutte contre la délinquance et l’éducation prioritaire constituent le cadre institutionnel et financier de la majeure partie de ces actions. Le rôle joué par les Conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD – créés en 2002 par Nicolas Sarkozy) dans le financement et le fonctionnement de ces actions au niveau local est à ce titre tout à fait représentatif de la situation. Les enquêtes Paysage associatif français du Centre d’Economie de la Sorbonne (CES) fournissent depuis près de 10 ans des données extrêmement précieuses sur l’évolution des financements publics des associations en France, mais la question du « sens politique » ou du « sens social » de ces financements (que signifie de financer l’éducation à l’égalité entre les sexes à l’école avec l’argent des CLSPD ?) reste rarement abordée. Dans ma thèse j’ai essayé de plaider en faveur d’une meilleure prise en compte de la nature des budgets associatifs dans l’analyse de l’action publique locale, et des effets de la nature de ces financements sur les rapports entre groupes sociaux.

Le deuxième résultat de mon travail est de montrer les effets de la professionnalisation de l’éducation à l’égalité entre les sexes à l’école sur la politique d’éducation à l’égalité entre les sexes. L’espace de l’éducation à l’égalité entre les sexes à l’école est aujourd’hui un monde professionnel précaire, un lieu de reconversion provisoire ou durable pour de jeunes diplômé·s qui souvent nourrissaient d’autres ambitions professionnelles avant d’y entrer. Cet espace est traversé par un ensemble de clivages liés principalement au type de diplôme et aux antécédents professionnels des professionnel·les de l’éducation à l’égalité entre les sexes, mais aussi à leur âge et à leurs capitaux familiaux. Leurs pratiques professionnelles et le contenu de leur discours sur l’égalité entre les sexes dépendent fortement de la position qu’elles occupent dans cet espace. Les unes, « militantes » de la cause des femmes, diplômées de sciences sociales ou de science politique, exercent leur métier sur un registre politique et refusent la mission « civilisatrice » à laquelle les assignent une partie de leurs financeurs. Les autres, titulaires de diplômes de sciences de l’éducation, de sciences du langage ou de philosophie, « éducateurs·trices » souvent passé·es par l’Éducation nationale ou populaire, exercent leur métier sur un registre éthique et justifient la racialisation de l’antisexisme scolaire (sans jamais la nommer comme telle) par des arguments républicains universalistes. Entre les deux, juristes, psychologues et artistes, « mercenaires » de l’éducation à l’égalité entre les sexes arrivées sur le tard à ces questions, forment un groupe plus hétérogène et exercent leur métier sur un registre technique sans faire intervenir de considérations morales dans la définition de leur rôle.

Le dernier résultat de ma thèse en lien avec les thématiques du RT35 est de montrer, à la suite des travaux de Mathilde Pette notamment, que le travail associatif peut s’analyser comme un travail bureaucratique de contact. Dans un contexte de désengagement de l’État, de raréfaction des postes de titulaires dans la fonction publique territoriale et de sous-traitance associative, le/la street-level bureaucrat initialement imaginé·e par le politiste américain Michael Lipsky comme un·e enseignant·e ou un·e policier·e ressemble de plus en plus à un·e salarié·e précaire ou un·e bénévole du secteur associatif. L’intérêt est grand pour les politistes de déplacer le regard du champ bureaucratique stricto sensu vers des secteurs d’activité adjacents pour mesurer les permanences et les mutations du travail bureaucratique de contact à l’heure de la délégation croissante des missions sociales de l’État au monde associatif et aux entreprises dites de « l’économie sociale et solidaire ». En suivant l’intuition initiale de Michael Lipsky selon laquelle l’émergence d’un corps de street-level bureaucrats spécialisés (ici les professionnel·les de l’éducation à l’égalité entre les sexes) révèle davantage une volonté d’atténuer le problème traité que de s’attaquer à ses causes structurelles, ma thèse invite à penser ensemble sous-traitance associative, « éducation à », et dissolution des problèmes publics.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search