Emmanuel Amouzoun – Les petites associations et la solidarité internationale. Une analyse sociologique des expériences ordinaires d’engagement.

Thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Hélène Houdayer, soutenue le 24-06-2021 à Montpellier 3 dans le cadre de l’École doctorale 60, Territoires, Temps, Sociétés et Développement

Quels sont les questionnements à l’origine de cette recherche ?

Ma recherche porte sur une analyse de l’expérience des petites associations locales de solidarité internationale (ALSI). Je tente de comprendre en quoi les petites expériences de co-développement, baptisées génériquement modèle do it youserlf, c’est-à-dire le « faire soi-même », constituent des opérations visibles ou invisibles de solidarité entre ici (le « Nord ») et là-bas (le « Sud »).

L’objectif de cette recherche est d’apporter une contribution utile à la (re)connaissance, ou à la mise en visibilité des micro-actions dans la sphère de la coopération internationale. Il s’agit d’un sujet qui n’a quasiment pas été traité, et qui pourtant est omniprésent dans notre société globalisée : celui de l’engagement du « simple » citoyen pour la solidarité internationale.

À la base de ce travail, il y avait plusieurs questionnements. Qui sont ces citoyens ordinaires ? Quel est leur profil dominant ? Quelles logiques soutiennent leur engagement, la nature de leurs relations avec les parties prenantes là-bas (dans les pays d’accueil au sud), mais aussi avec le public ici (dans le pays d’origine en France) ? Quels rapports avec l’environnement de la solidarité internationale en général ? Bref, quelle est chez les petites associations l’expérience de la solidarité, et comment cette expérience s’opérationnalise-t-elle dans le contexte actuel de la coopération internationale à l’humanitaire et au développement ?

Pour éclairer cette problématique j’ai choisi de m’inscrire dans une approche tridimensionnelle originale et complémentaire de la solidarité pragmatique, du don solidaire et des valeurs. Concrètement, j’ai cherché à vérifier l’hypothèse selon laquelle les ALSI ne sont pas de simples survivances des pratiques humanitaires révolues, elles ont leurs spécificités. Ce sont des pratiques s’inscrivant à l’interface des formes institutionnalisées de la coopération internationale.

Quelles sont les méthodes utilisées et les terrains enquêtés ? 

Les enquêtes qui soutiennent cette recherche se sont effectuées sur deux terrains : l’un, dans un pays du « Nord », représenté par la France, et l’autre dans un pays du « Sud », à savoir le Bénin. Au total, les données empiriques sur lesquelles s’appuient notre réflexion reposent d’une part, sur un questionnaire diffusé auprès d’une soixantaine d’associations, essentiellement, en France, dans les départements du Gard et de l’Hérault (pour des raisons de faisabilité). D’autre part, nous nous sommes appuyés également sur 34 entretiens semi-directifs menés en parallèle (en France et au Bénin), ainsi que des rencontres informelles sur le terrain avec les initiateur.trice.s des ALSI.

En combinant ainsi les deux méthodes les plus utilisées en sciences sociales (questionnaire et entretien), ces enquêtes ont permis de dresser une monographie de ces petites associations locales de solidarité internationale. En l’occurrence, elles ont permis de caractériser leurs initiateur.trice.s, leur mode de fonctionnement, leurs liens avec les pays d’accueils (au « sud »), et finalement, décrire leur forme d’intervention dans l’espace de la « coopération internationale au développement ».

Quels sont les principaux résultats de cette recherche ?

Les résultats de nos travaux, en tout cas pour la catégorie d’associations étudiée, permettent d’offrir un éclairage sur l’expérience vécue par ces petits opérateurs dans l’espace public de l’aide, à l’heure d’une coopération internationale de plus en plus bureaucratisée et abandonnée progressivement aux mains d’« experts ». Ils montrent que ces engagements ordinaires participent du paysage de la coopération internationale contemporaine, tout en disposant d’une réelle identité. Cependant, celle-ci se construit en lien avec les autres acteurs (privés et publics) de la coopération.

Sans être exhaustives, ni exclusives, les conclusions suivantes permettent de cerner quelques particularités des expériences ordinaires d’engagement dans la solidarité internationale :

Caractérologie des ALSI 

Avant tout, les associations que nous avons interrogées dans cette enquête sont relativement récentes (créées autour des années 2000 et 2010), alors que cette forme d’engagement constitue historiquement le berceau de la plupart des organisations qui ont désormais pignon sur rue dans ce domaine d’activités. De ce point de vue, les ALSI réactualisent l’intérêt pour les « Sud » plutôt qu’elles ne le réinventent. Cependant, dans un contexte des mutations, elles actualisent le discours et les pratiques sur le développement en mettant l’accent sur le mode des contacts directs avec les parties prenantes des pays du sud.

En outre, différents indicateurs autorisent à avancer l’hypothèse d’une féminisation des ALSI, ou du moins, on constate une surreprésentation des femmes. Elles semblent être les principales vectrices de cette (micro)coopération de proximité. Par ailleurs, ces initiatives sont davantage investies par des personnes de plus de 50 ans. Les ALSI disposent donc de peu de jeunes. Or, elles ne sont pas plus ou moins confrontées au défi de la pérennisation. Néanmoins, la tendance à la personnalisation de ces micro structures de solidarité pose la question de leur mode de fonctionnement. Quand bien même ces associations revendiquent une certaine autonomie de fonctionnement, elles doivent tenir compte d’un enjeu crucial : la temporalité. Cette dernière suppose notamment de conjuguer à la fois le temps consacré aux activités ici (en France, pour récolter des fonds, par exemple) et le temps de présence sur place là-bas dans le pays d’accueil au sud (réduit au minimum à une ou deux fois par an). Mais, l’objectif principal est de développer un projet spécifique à l’échelle d’une famille, d’une communauté, d’un village ou d’une commune.

Le modèle ALSI consiste en ce que nous avons qualifié de pluri-micro-interventions. Cela dit, ce modèle peut se décliner selon trois logiques possibles, tout en précisant qu’il existe un continuum entre ces trois principes d’action dans leur concrétisation : il s’agit du « laisser s’exprimer – laisser faire » (mettant en jeu un besoin de confiance réciproque entre alsieur.e.s et parties prenantes des pays d’accueil) ; le « faire à la place de … et au coup par coup » (souligne une logique de la compassion) ; et le « faire avec » (met en jeu une logique du compagnonnage)».

La création d’une ALSI : Une logique du faire par soi-même

L’expérience fondatrice d’une ALSI est d’abord celle d’une personne, un homme ou une femme, ou parfois des deux. Dans ce dernier cas, c’est en général un couple. Les autres membres sont issus de l’entourage proche de cette personne (familles, ami.e.s, amis des ami.e.s).

L’ALSI se constitue donc souvent et se développe autour de son fondateur (sa fondatrice). Ce dernier (cette dernière) cumule généralement les fonctions : président.e, trésorier.ère, secrétaire. Par conséquent, son éventuelle indisponibilité constitue un des enjeux majeurs pour l’avenir de l’initiative. Elle est révélatrice de la nature du projet ALSI : faire par soi-même l’expérience directe de la solidarité internationale.

Les théories sur le fait associatif ont identifié deux conditions que l’on semble retrouver à la base de la création des structures d’action collective. La première est la « nécessité » du besoin à combler, la deuxième un projet commun, ou une identité collective. Ces conditions se vérifient pour les ALSI que nous avons étudiées. Mais, elles ne sont pas suffisantes pour expliquer le processus de constitution d’acteurs faiblement institutionnalisés dans le secteur d’action de la coopération internationale. La réémergence de l’engagement local dans de micro collectifs dans ce domaine d’activités ne constitue pas un retour aux humanitaires traditionnels, mais une reconstruction de l’engagement local humanitaire dans un environnement différent.

C’est, notamment, une conjonction de trois facteurs qui permettent un espace de mise en démarrage de l’initiative ALSI : Le voyage et la rencontre avec des éléments stratégiques du pays d’accueil apparaissent comme des aspects incontournables du processus. Ensuite, la possibilité de mobiliser un réseau de proches et un certain savoir-faire (professionnel ou personnel) actuel ou antérieur.

Des logiques de motivations plurielles et diverses des alsieur.e.s

Nous a avons esquissé cinq grandes catégories des raisons liées à cette forme d’engagement : – l’intérêt partagé pour le projet, ou la « mission » : c’est ce que nous avons identifié comme étant des logiques concrètes du missionnaire ; – l’intérêt pour les populations du pays et leur courage, ou l’intérêt pour sa culture et son patrimoine ; – l’intérêt pour l’aventure humanitaire : il s’agit des logiques admiratives, utilitaires ou instrumentales ; – l’intérêt à défendre une cause, corriger les injustices liées aux inégalités entre les peuples : ce sont alors des logiques humanistes et idéalistes ; – enfin, l’intérêt relationnel : relatif à des raisons affectives et des logiques relationnelles (tisser des liens).

La légitimité des ALSI en question : un processus de légitimation pragmatique

Dans leurs travaux sur les IPSI, Gautier Pirotte et Julie Godin identifient deux processus de légitimité des initiatives populaires de solidarité internationale (IPSI) : une « légitimation cognitive » relative aux « valeurs » et « normes » propres au champ de la solidarité internationale (SI), et une « légitimation sociopolitique » fondée sur la reconnaissance légale (intégration dans le système d’aide) et sur la reconnaissance institutionnelle (reconnaissance des pouvoirs publics). Sans remettre en cause ces deux processus de légitimation, nous proposons dans la perspective des valeurs, un troisième type de légitimation, c’est-à-dire celle basée sur le point de vue des ALSI elles-mêmes.

L’expérience ALSI de la solidarité est l’expérience d’une coopération de proximité, voir l’expérience d’une coopération intime. En se déclarant plus proches, plus sensibles, plus à l’écoute vis-à-vis des personnes rencontrées dans les pays d’accueil (au sud), n’est-ce pas déjà une manière pour les ALSI d’affirmer leur légitimité ? Et donc, de faire (re)connaître leur place dans le champ de la SI ? Nos résultats suggèrent que la légitimité recherchée par ce type d’intervention se fonde avant tout sur un processus de légitimation pragmatique. Elle se fonde sur l’action, les réalisations concrètes et les réussites perceptibles soit par les alsieur.e.s soit par leurs parties prenantes. De ce fait, elle comporte aussi le risque de l’incertitude de la relation, d’où des moments de doutes, de déceptions ou d’incompréhensions.

L’identité ALSI s’enracine, en fin de compte, dans la rencontre et la relation

Ce qu’il faut voir à travers ces microréalisations qui, dans leur singularité, peuvent donner parfois l’impression d’un éparpillement, est que ce n’est pas seulement le projet humanitaire en lui-même qui est caractérisé, mais les rapports humains, culturels, collectifs, etc., qui se tissent, se jouent, se jaugent, s’entrelacent, s’associent, perdurent, se dissolvent, bref la possibilité de voir autrement la coopération à partir d’expériences propres des acteurs d’ici et de là-bas.

L’identité ALSI s’enracine, en fin de compte, dans la rencontre et la relation. Ces deux dimensions mettent en tension deux registres de valeurs : le registre affectif (c’est celui de l’attachement, de l’autonomie, de l’adaptabilité, des liens d’amitié et de familiarité) et le registre de l’intégrité (qui privilégie la transparence, la confiance, l’honnêteté). Cependant, la mobilisation de ces dispositifs immatériels de la relation ne présuppose pas le rejet des ressources du registre technique. Cela suggère seulement que l’injonction à plus de performance et à plus de professionnalisation dans l’aide ne devrait pas se réduire à la maîtrise d’une technicité normative. La qualité et la nature des liens engagés avec les parties prenantes dans les pays d’accueil peut être aussi gage d’efficacité.

Emmanuel Amouzoun est docteur en sociologie et attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’université Paul-Valéry Montpellier 3 (UPVM3) – Titulaire également d’un Master en management des ressources humaines et du développement social, spécialité sciences des organisations et institutions (UPVM3).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search