Marion Studer : “Évaluer l’économie sociale et solidaire”

Marion Studer (Université de Lille, Apes, Clersé) a soutenu sa thèse intitulée “Évaluer l’économie sociale et solidaire. Socioéconomie des conventions d’évaluation de l’ESS et du marché de l’évaluation d’impact social” en 2021, elle a été dirigée par Florence Jany-Catrice.

 

Ma thèse porte sur l’évaluation de l’économie sociale et solidaire (ESS). Elle questionne en particulier les dynamiques de propagation de l’évaluation d’impact social au sein de l’ESS. Elle propose d’étudier l’impact social en tant qu’objet politique. En cela, elle se tient à distance de tout objectif opérationnel, qui consisterait à proposer une méthode d’évaluation type, un guide pratique d’évaluation.

Quels sont les questionnements à l’origine de cette recherche ?

Le point de départ de ce travail a été le constat d’un flou sur les notions gravitant autour de l’évaluation des organisations de l’économie sociale et solidaire (ESS). Plus précisément, je constatais l’existence dans la pratique évaluative de deux termes, ceux d’« utilité sociale » et d’ « impact social », sans que la littérature professionnelle, foisonnante depuis les années 2010, n’explicite les fondements épistémologiques de ces deux manières d’évaluer l’ESS. À quoi renvoyait chacune de ces notions ? S’agissait-il simplement d’un jeu sur les mots, d’une distinction cosmétique, l’impact social étant par exemple plus facile à traduire en anglais, lui conférant d’emblée une portée plus internationale, ou s’agissait-il d’un symptôme plus structurel, renvoyant à deux manières singulières d’appréhender la valeur des organisations de l’ESS et plus généralement la structuration de leur modèle socioéconomique ?
Le second questionnement découlait du premier, il interrogeait les raisons pour lesquelles le second terme, celui d’impact social, tendait à dominer la pratique évaluative depuis les années 2000 et de manière accélérée à compter des années 2010. De quoi cet engouement était-il le nom ? Alors qu’étymologiquement le mot « impact » renvoie davantage au langage balistique et guerrier, comment cet étendard réussissait-il à rallier à lui l’ESS dans sa diversité ? Enfin, comment cette place prise par l’impact social se traduisait concrètement pour les organisations de l’ESS engagées dans une démarche évaluative ?

 

Quelles sont les méthodes utilisées et les terrains enquêtés ?

J’ai réalisé cette recherche en convention Cifre au sein de l’Université de Lille et de l’Apes (Acteurs pour une économie solidaire). Cette association était engagée au sein du projet Interreg du Fonds européen de développement régional VISES (Valoriser l’impact social de l’entrepreneuriat social). Projet de recherche-action d’une durée de quatre ans (2016-2020), VISES rassemblait 22 partenaires têtes de réseau et fédérations représentatives de l’ESS dans la région Hauts-de-France (France), la Wallonie (Belgique), la Flandre-Occidentale (Belgique), et ambitionnait d’élaborer un dispositif d’évaluation, de le tester auprès de 69 organisations de l’ESS de ces trois territoires, et de le diffuser dans les réseaux des partenaires en France et en Belgique. Dans ce cadre j’ai participé aux différentes réunions de co-création du dispositif d’évaluation et accompagné 11 organisations de l’ESS des Hauts-de-France dans l’expérimentation de l’évaluation.

Le format de ce projet de recherche, se traduisant par une implication rapide dans mon terrain, dès les premiers mois, m’a conduit à adopter une approche abductive reposant sur un dialogue constant entre la recherche et les retours d’expérience de terrain, chaque composante venant alimenter l’autre.

J’ai ainsi d’abord fait reposer ce travail sur une revue de la littérature afin de retracer les origines et fondements de l’émergence des notions d’utilité sociale et d’impact social. Cette exploration m’a également conduite à mobiliser les travaux d’économie et de sociologie des conventions afin de bâtir les fondations de deux « conventions d’évaluation » idéales-typiques, l’une se rapprochant, de l’utilité sociale, l’autre de l’impact social, que j’ai qualifié à partir de la littérature, de « convention délibérative » et de « convention managériale ».

J’ai complété ce travail par enquête de terrain composée de deux volets. Dans un premier volet, je me suis intéressée à ce que j’ai appelé les « nouveaux entrants » de l’ESS. Dans un second volet, je me suis concentrée sur les acteurs historiquement représentatifs de l’ESS.

L’expression « nouveaux entrants de l’ESS » est entendue ici au sens historique du terme, en cela qu’il s’agit d’acteurs positionnés autour des années 2010 sur le champ : cabinets de conseil, centres de recherche d’écoles de commerce, agences d’ingénierie, telles que l’Avise, la Fonda ou le Labo de l’ESS, qui jouent un rôle très particulier de promotion et de structuration d’un nouveau modèle économique au sein de l’ESS, celui de l’entrepreneuriat social.

Ce premier volet a reposé sur la réalisation d’une campagne d’entretiens semi-directifs, sur la participation aux différents évènements, séminaires et restitution d’étude d’impact social, et sur une étude de la littérature grise, de guides et de rapports d’évaluation produits par les acteurs nouveaux entrants. Je voulais notamment comprendre, à travers cette enquête, la nature des liens entretenus entre ces acteurs nouveaux entrants et les représentations de l’évaluation qu’ils défendaient.

Le second volet de mon enquête s’est centré sur les acteurs historiquement représentatifs de l’économie sociale et solidaire. Il a reposé sur la réalisation d’une observation participante de trois années en tant que salariée doctorante au sein de l’Apes, et d’une étude quantitative longitudinale portant sur les représentations de l’évaluation d’impact social des partenaires du projet VISES.

 

Quels sont les principaux résultats de cette recherche ?

Le premier résultat de ce travail est le glissement de l’usage dominant de l’utilité sociale vers celui de l’impact social. Ma thèse montre que ce glissement lexical n’a rien de cosmétique. Il reflète un ensemble de transformations socioéconomiques à l’origine de mutations profondes dans les modalités d’évaluation de l’ESS. Il traduit notamment le fait que les les représentations managériales se sont imposées au sein des évaluations de l’ESS, et cela, quel que soit le type d’acteur à l’origine de la méthode.

L’évaluation d’impact social rompt avec la dimension identitaire de l’utilité sociale. Dans son cadre, il ne s’agit en effet plus pour les organisations de l’ESS de se différencier du secteur privé à but lucratif, mais d’en épouser les contours organisationnels afin de maximiser les effets produits par l’activité. Alors que dans les modalités de l’évaluation de l’utilité sociale, il s’agissait de prouver que les organisations de l’ESS apportaient autre chose à l’économie et à la société, qu’elles y contribuaient d’une manière « spécifique », les évaluations d’impact social conduisent à une mise en comparaison, voire une mise en concurrence des organisations de l’ESS avec le secteur privé à but lucratif. En filigrane de ce changement de spectre de lecture, ce sont ainsi les spécificités de l’économie sociale et solidaire qui s’estompent progressivement.

La domination progressive des représentations managériales dans l’évaluation de l’ESS est intrinsèquement reliée au second résultat de ce travail : le constat de l’influence croissante d’acteurs particuliers, que j’ai appelés « prescripteurs ». En m’appuyant sur les travaux de Valérie Boussard, je montre que ces prescripteurs se caractérisent par des connexions qu’il est possible de représenter sous la forme d’une « triangulation élargie » composée de quatre figures : l’universitaire, le consultant, le manager et l’agence d’ingénierie. Chaque prescripteur est relié aux autres par des connaissances communes et des conventions partagées conduisant à la production de théories, de démarches et d’outils imprégnés des représentations de la convention managériale.

Ces acteurs sont prescripteurs en cela qu’ils participent de la production d’une définition univoque de l’impact social, de critères tout aussi univoques de son évaluation, mais constituent également les artisans de l’établissement d’un marché – possiblement très lucratif – de l’évaluation au sein de l’ESS.

Pour finir, ces résultats ouvrent également plusieurs pistes de prolongement. L’une d’entre elles consiste à approfondir les liens entretenus entre ESS et État, en particulier en analysant plus finement le rôle joué par l’État dans l’évaluation d’impact social, et plus généralement dans la régulation autonome de l’ESS.

En effet, si ma thèse montre que l’État joue actuellement un rôle de facilitateur pour la diffusion du marché de l’évaluation d’impact social dans l’ESS, il demeure la principale force macro-institutionnelle capable « de rivaliser avec la puissance du capitalisme », pour reprendre les termes de Sylvain Celle, et donc le principal contrepoids à la domination des représentations managériales au sein de la pratique évaluative. Il serait ainsi intéressant de prolonger ce travail de thèse par des réflexions autour de nouvelles formes de relations entretenues entre l’État et les organisations de l’ESS, relations qui permettraient à ces dernières de se réapproprier l’exercice évaluatif tout en étant protégées des sources d’isomorphisme institutionnel qui risquent de remettre en cause leurs spécificités.

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
socioassos (12 avril 2023). Marion Studer : “Évaluer l’économie sociale et solidaire” Sociologie des mondes associatifs. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ua9z


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search